Blumollet sera-t-il le liquidateur des acquis de la Libération?

Publié le 3 Octobre 2012

 

 

Dépêche d'agence du 03 10 2012 à 11h34:

 

L'Elysée travaille sur une réduction des cotisations patronalesSelon nos informations, l'Elysée envisage d'alléger le coût du travail d'une quarantaine de milliards d'euros en cinq ans. Parmi les pistes les plus sérieuses, des cotisations employeur pesant aujourd'hui sur les salaires moyens seraient transférées vers la CSG.


Le Monde qui précise : 

 

Selon nos informations, les entreprisesbénéficieraient d'un allégement du coût du travail d'une quarantaine de milliards d'euros, avec le basculement de cotisations employeurs sur un impôt large, la piste la plus sérieuse étant celle de la contribution sociale généralisée (CSG).

Pour ne pas trop entamer le pouvoir d'achat des ménages, l'Elysée souhaite étaler ce transfert de charges sur la durée du quinquennat, à raison de 8 à 10 milliards d'euros par an. "Nous en avons parlé avec les industriels de l'automobile : ils ne demandent pas un choc de compétitivité ; ils veulent de la visibilité dans le temps", explique l'Elysée.

 

C'est une déclaration de guerre aux salariés qui doit être relevée sans tergiverser. 

 

 

Si on sait qu'on n'a rien à attendre de la représentation parlementaire parceque convaincu pour le plus grand nombre ou sous la table pour les autres, le mouvement social doit réagir et vite.

 

 

la proposition d'hier d'exiger des élus le rejet de ces mesures devient une urgence.

 

Si d'aucun doutait de l'avancée des travaux, poursuivons la lecture de l'article qui accompagne la dépêche :

 

 

"Contrairement aux allégements Fillon, ciblés sur les bas salaires et bénéficiant essentiellement à la grande distribution et au secteur des services, les nouveaux allégements – il pourrait s'agir des 5,4 points de cotisations familiales (patronales) – seront ciblés sur les salaires moyens, probablement entre 1,6 et 2,2 smic, de façon à ce que les entreprises exposées à la concurrence en bénéficient.

Tout n'est pas encore arrêté, mais le calendrier retenu est serré : remise du rapport Gallois sur la compétitivité mi-octobre, état des lieux du Haut Conseil pour le financement de la protection sociale dans la foulée, puis saisine de ce Haut Conseil par le gouvernement de plusieurs scénarios de réformes."

 

 

Avec cette phrase qui résume le tout :

 

"Sarkozy n'a pas fait que des conneries. Il s'est trompé en voulant faire les choses de manière précipitée et en choisissant la TVA, mais réduire les cotisations famille n'est pas idiot", reconnaît un conseiller qui travaille sur le sujet.

 

 

C'est Gallois qui pilote le buldozer et Blumollet la maitrise d'ouvre,  Ayrault à la maitrise d'ouvrage.

Ce ne serait pas si tragique, il y aurait de quoi rire en se remémorant les paroles de ceux qui dans le mouvement syndical ...et pas qu'à FO ou la CFDT se réjouissaient de voir un patron de gôche à la tête de grandes entreprises.

En tout cas, premier acquis de trimestre rose, si pour le peuple Ayrault c'est zéro ; pour le Medef bientôt il sera le héros.

 


 

 

 

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Mensonge d'état

Repost0
Commenter cet article