Bien le bonjour monsieur Blumollet.

Publié le 28 Août 2012

En quelle langue persister à le dire ? 

 

http://www.indigene-editions.fr/images/indignez-vous-international.png

 

Les même qui applaudissaient à tout rompre les tirages calrtlandesques de l'opuscule de Stéphane Hessel nous demande maintenant de nous dé-indigner et de nous résigner.


Même si La Canaille n'est que très rarement d'accord avec les éditorialistes de Libé comment ne pas partager le coup de gueule de P. Marcelle à propos des avancées de menton du cogneur du valls qui dans la presse hérite du titre du réprimeur Clémenceau : "le tigre". Vu d'un campement assailli à l'aube quelle différence entre l'Hortefeu bleu et le valls rose ? 


Un axe pour le gouvernement : On vous comprend mais la crise est là, serrons les rangs, les boulons, vos revenus de victimes pour ne pas toucher à ceux de ceux qui en sont la cause.


Non intervention économique à gestion loyale du capitalisme pour rassurer la City. Et bientôt de Port Saïd à damas, Chypre toujours comme base avancée.

 

C'est en cela que la longue tradition du socialisme parlementaire français se manifeste : du Blumollet modernisé par Jospin (l'état ne peut pas tout).


Au fait, dédié à ceux de mes petits camarades qui se réjouissaient alors d'avoir un patron de "gôache" à la SNCF : que pensez vous de la nomination le 6 juin en conseil des ministres par Blumollet d'un patron de l'UIMM commissaire général à l'investissement.


Louis gallois fonde La Fabrique de l'Industrie, (La Fabrique de l’industrie a été créée en 2011 par l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie (UIMM), le Cercle de l’Industrie et le Groupe des Fédérations Industrielles (GFI).  un laboratoire d'idées (think-tank), destiné à ouvrir et stimuler la réflexion sur les enjeux et les perspectives de l'industrie-(sic). Et c'est notre gauchiste de Gallois qui préside le machin.

 


A Reims le PS fleurit la mémoire de P. Maitre mais à Paris l'Elysée mandate l'UIMM.


Le choix d'un grand patron lié à la scandaleuse organisation historiquement pilleuse de fond public, sociaux, de salaire socialisé, financière [dansvoir ici dans l'actualité estivale 2012] de tout ce que l'histoire contemporaine de la réaction compte délinquant voire de nervis qu'est l'UIMM est en soit l'expression d'un choix. Après le gueuleton du 23 aout avec les patrons du CAC40, avant les université d'été du Medef, Blumollet à l'agenda plutôt patronal.


Pour son introspection dans les arcanes de l'économie, personne parmi les économistes du conseil national de l'économie ?


Personne au sein du Conseil Économique, Social et Environnemental pour explorer le sujet s'il doit être exploré et à partir de cet angle ?


Aucune commission interparlementaire ?


Quid des représentants des salariés ? Pas compétent ?


Non, un patron de l'UIMM !!


Peut-être pour organiser comme pour la recherche le pilotage par l'aval : c'est le dividende qui installe l'activité.


Notez pas Commissaire général au développement économique et industriel qui aurait pu travailler dans le cadre du maroquin Montebourg (restons dans l'instant dans le champ de leur logique). Non, commissaire général à un truc à filer un orgasme à Jean Pierre Gaillard.


 Mais alors que devienne les propositions du candidat Hollande transmuté en Blumollet sur la réponse aux besoins autres que ceux du taux de profit ?


Comment concilier cela face la déclaration de ce 25 aout place de l'Hôtel de ville à paris  sur l'exigence d'égalité et de souveraineté ?


Et personne qui ne continue de s'indigner ? Et tous de se résigner ?


Quand et surtout comment va-t-on réussir à faire sauter les palissades qui enserrent le p'tit village gaulois des rouges indignés non résignés ?


Quand va-on mettre au musée la pause, la gestion loyale et autres outils qui offre la sérénité des croisières estivales des patron(e)s du Medef ?

 

.

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Coup de gueule

Repost0
Commenter cet article