Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bisberonphénol

 

http://blog.escalenature.fr/wp-content/uploads/biberons.jpg

 

Comment expliquer simplement et sans volonté de grossir le trait ce qu'est une économie de marché?

Pour cela partons de ce cri de victoire poussé par la commission européenne, sonnez hérauts battez tambours :

 

L’UE a interdit jeudi la fabrication des biberons avec cette substance supposée cancérigène.

Les biberons fabriqués avec du bisphénol A n’existeront bientôt plus dans l’Union européenne. Des experts des pays de l’UE, réunis jeudi, ont en effet décidé d’interdire la fabrication de ces biberons dès mai 2011. Leur mise sur le marché et leur importation seront également interdits le 1er juin.

Une augmentation du risque de cancer

Cette substance pourrait augmenter les risques de puberté précoce chez les femmes, de cancer de la prostate ou du sein et d'anomalies de reproduction. De tels effets ont été observés chez des rongeurs en laboratoire, mais les industriels estiment que ces craintes ne sont pas scientifiquement fondées chez l'homme.

En dehors des biberons, le bisphénol A est un composé chimique utilisé dans la composition de la fabrication de bonbonnes d'eau rechargeables, de bouteilles en plastique, d'emballages alimentaires ou de CD.

"Des zones d’incertitudes"

Cette interdiction intervient après une publication en septembre de l'Agence européenne pour la sécurité des aliments, qui exprimait des réserves sur le bisphénol A. Le commissaire européen chargé de la Santé et de la Consommation, John Dalli, s’est félicité de cette décision. "C'est une bonne nouvelle pour les consommateurs, pour les parents européens », explique-t-il. "Il y avait des zones d'incertitudes, découlant de nouvelles études, qui ont montré que le bisphénol A pourrait avoir un effet sur le développement du corps humain, la réponse immunitaire ou le développement de tumeurs".

C'est surtout une bonne nouvelle pour l'industrie chimique qui va avoir le temps de se retourner pour écouler ses stocks dans des pays moins regardant ou faire comme l'agro industrie a su le faire en s'offrant des campagnes de pub à bon compte sur le dos des peuples qui récupèrent les produits en délicatesse de conformité.

http://www.miwim.fr/blog/wp-content/uploads/2010/11/bisphenol-a-biberon-interdit-europe.jpg

 Donc, l'industrie n'a plus le droit d'en fabriquer.... à partir de mai prochain  mais on peut vous en vendre jusqu'au mois de juin.   

On sait que c'est toxique et qu'il faut arrêter les frais.

Mais au lieu de retirer les stocks et les détruire, ils ont le droit d'écouler les stocks de matière première en fabriquant et ils peuvent poursuivre la vente des produits manufacturés. Il est vrai que l'industrie chimique à fait savoir en son temps son opposition à l'interdiction du Bisphénol A. Tout comme l'industrie minérale s'est opposée à l'interdiction de l'amiante ou comme l'industrie d'armement s'oppose aux pacifistes et aux accords de Paix. Sinon, comment gaver l'actionnaire et...financer les campagnes électorales qui permettent de garder les leviers ? (ce n'est pas sur un trafic de livres d'école ou de chaussures d'enfants qu'on bâti des rétro-commissions).

Ces biberons sont un sinistre remake de l'industrie pharmaceutique et ses épisodes célèbres de médicaments tueurs dont "on" tait la mortalité pour écouler les stocks voir pour les renouveler si les profits imposent de tuer "du consommateur".  C'est par exemple le rôle des lobbyistes comme à Bruxelles.

Nous avons "bénéficié" parmi d'autres exemples pharmaceutiques de la Thalidomide (déjà les enfants via la grossesse) le Distilbène toujours les femmes enceintes et les enfants,  sans compter ces jours ci le Médiator et les cardiopathies, on aura le Bisphénol A dans le scandale de la parapharmacie et outils de pédiatrie.

L'économie de marché c'est cela. Pas que cela. C'est aussi les esclavages, les cachés comme en Birmanie ou invisibles comme en Afrique, dans certains quartiers huppés en Europe ou dans les Emirats,  mais aussi celui légal au grand jour du monde entier que constitue le salariat. C'est aussi la surexploitation des ressources et les gâchis concomitants pour le profit, son taux et l'accumulation.

Ils sont tous parties de cette économie de marché, mais cet exemple des biberons est tellement limpide.

Cette histoire de biberons devrait amener toute personne doté d'un esprit cartésien à s'interroger :

L'industrie pharmaceutique et sanitaire, si friande de fonds publics pour ses recherches, les marchés...et ses profits, ne devrait-elle pas être très vite mise sur la liste des industries à faire passer sous contrôle public ? 

On va accuser La Canaille de vouloir ranimer le feu éteint des soviets.

Oui. Enfin disons plutôt des conseils ouvriers et de l'autogestion.

 http://laidea.agriculturaecologica.eu/wp-content/uploads/2009/10/auto-gestion.jpg

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article