Ballade dans les recoins de l'odieux quotidien

Publié le 20 Janvier 2013

 http://94.citoyens.com/files/2012/10/Nouvelle_PMI_Vitry-4.jpg   

 

Tout ce qui suit à partir d'une déclartation forte du ZapatAyrault au volant d'une ambulance sociale :


«Il faudra désormais que les crèches accueillent au minimum 10% d’enfants pauvres», a-t-il déclaré. «A terme, les crèches devront accueillir la même proportion d’enfants issus de familles pauvres que ce qu’ils représentent dans leur commune», a-t-il précisé. La pauvreté touche un enfant sur cinq en France.

Les modalités pour parvenir à 10% d’enfants pauvres en accueil collectif seront précisées dans la quatrième convention d’objectifs et de gestion (COG), qui doit être signée au printemps entre l’Etat et la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) pour la période 2013-2016. Cette convention fixera les objectifs et les moyens dévolus à la branche famille de la Sécurité sociale.


http://maxibestofmcmaman.files.wordpress.com/2011/05/panneau-la-creche.png 

Un enfant sur cinq est touché par la pauvreté.


objectif du gouvernement : 10% des enfants soit un sur dix doit pouvoir accéder à la crèche donc, le socialisme est en marche, un enfant pauvre sur deux continue de fait d'en être exclu.Faut-il y voir déjà l'empreinte de la capacité d'intervention de Chérèque ? 


Cela pose deux problèmes en plus de celui générique de ce débat de la pauvreté endémique dans la cinquième puissance mondiale. Notons au passage qu'à Cuba cette question fait maintenant partie de la préhistoire et qu'elle est revenue en première ligne des pays de l'ex bloc soviétique(dire cela ne veut pas dire que c'était le paradis mais bien que leur effondrement à fait connaître aux familles de ces pays une forme qu'elles n'envisageaient pas de l'enfer).


Premier problème, constitutionnel, c'est celui de l'égalité de traitement en tout point du territoire.si les choix d'orientation excluent d'entrée 10% d'une classe d'âge, sur des critères de ressources,  où sont les rincipes républicains ? 


le second est de savoir si la crèche est un service public, un supplément d'âme social ou un hochet caritatif ? Si ce qu'en disent pédo psychiatres, pédiatres et enseignants : "la crèche est un des meilleurs outils pour lutter sur le long terme contre l'échec scolaire", c'est à coup sûr un service public qui doit être mis à disposition des familles.Et ne pas le faire aggrave la ségrégation.


Ça coûte cher.A voir. Et même si c'était vrai, combien de crèche créer avec les milliards du panier cadeaux fiscal de l'automne dernier distribué aux banques et autres ? Combien de lits de crèche dans les soutes d'un mirage à Dassault ?


http://parisbanlieue.blog.lemonde.fr/files/2007/06/paris-banlieue-pmi.1181308017.jpg

 

J'en entend déjà qui grogne au fond à droite "ça y est il repolitise tout même la petite enfance". Faut-il rappeler aux grognons que dans trois mois nous allons commémorer (et pour La Canaille à coup sûr fêter) les 70 ans du programme du CNR.


Vous aurez certainement l'occasion de voir revenir ici,comme une litanie, durant toute cette année 2013 cette petite phrase "comment alors qu'il a été possible dans un pays dévasté par quatre ans de guerre et de pillages aidés par la classe capitaliste a-t-il été possible de construire ce modèle social dont nous sommes de plus en plus dépossédé ?"


Première réponse immédiate mais qui ne souffre pas de doute: en écartant les faillis de la trahison et de la collaboration des leviers de la société.


Mais aussi, et rappelez-vous aussi en marginalisant aussi aussi ceux qui avaient donné le pouvoir à ces mêmes faillis. Où sont-ils aujourd'hui ? 


Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #se coltiner au quotidien

Repost0
Commenter cet article