Ave Cesar, profituri te salutante

Publié le 6 Août 2010

 

http://www.lecclesiaste.fr/images/p007_1_01.png


Ave Cesar, profituri te salutante

(Ou de 1789 à 2010- ma nuit du quatre août)


Avantages de ce coin de l'hexagone, ce bout de mon Phare Ouest, qui technologiquement (@, 3G, câble et haut débit ADSL etc.)  est  quasi aussi vierge d'accès au NTIC aujourd'hui qu'était vide de télégraphe et de chemin de fer le Far West du nouveau monde à l'époque de Washington, ce qui suit est la conséquence de ces limites, de retards qui font arriver La Canaille parfois comme un  soldat du pape: passé le point fort de la bataille.


Comme la radio arrive quand même jusqu'à nous, même si le relief des monts d'Arrées nous rendait déjà la télé plus que très aléatoire avant que la TNT ne fasse exploser les possibilités de réception, comme par achat ou relais par des amis ou camarades, arrive décalée la presse écrite, seuls  la TSF et mon téléphone cellulaire parviennent à me transmettre des débats qui m'indiquent que le 4 aout 1789 n'est pas resté absent du débat de celui de 2010  :  j'ai ainsi eu le temps de savourer les exégèses du premier tome de la seconde époque des mésaventures du baron des terres de la crème fouettée.

Et là, notre 4 août revient au galop d'un pur sang sur un champ de course de sa bonne ville de Chantilly: son cabinet précise que rien de ce qu'il a pu faire dans ce dossier n'est condamnable au regard des lois.


C'est aussi J-F Copé, l'Iznogoud2 qui vise la place d'Iznogoud premier en place, qui fustige à propos de cette affaire des affaires, à l'occasion de la première de celles-ci, "ce retour à l'esprit du 04 aout"; réjouissant!


Si accorder un dégrèvement  fiscal de 27 millions d'Euros à un des financeurs du parti dont on est le trésorier et responsable gouvernemental de la politique budgétaire n'a de  rien de répréhensible au regard des lois, c'est qu'il est plus qu'urgent de chambouler cette organisation qui permet cette situation, mettre ces lois au musée des horreurs politiques. Abolir ces privilèges fiscaux qui font qu'alors que ce gouvernement supprime la demi-part fiscale de certains parents il alimente le gâteau fiscal de la coterie de Bagatelle ou du Jockey Club qui s'enfle comme les chevilles de certains joueurs de foot de D1  ou comme les stocks options d'un PDG du CAC 40 (icelui visible au dit Jockey Club ou au polo de Bagatelle).


La canaille a le souvenir, ce n'est pas son sujet de fierté principal, d'avoir demandé et obtenu d'un responsable syndical (un gars plus qu'honnête) la démission de ses mandats parce que celui-ci avait avancé avec un compte d'organisation syndicale une dépense d'ordre privé d'environ 200f (30€ de nos outils monétaires actuels) que par ailleurs il a remboursé immédiatement. Si à partir de ce fait on appliquait une progressivité des peines, notre ministre du travail pourrait prétendre si ce n'est au César du meilleur fraudeur au moins à un des éventuels seconds rôles dans une version sarkozienne de " touche pas au grisbi" et devrait environ 30 ans de travaux d'intérêt général pour effacer certes pas l'ardoise mais au moins l'image détestable que ses pratiques ont laissées aux contribuables.  


Mais surtout, qu'est-ce que ce système qui fait que ces pratiques puissent être abritées derrière le sceaux d'une légitimité aussi inadmissible que détestable revendiquée ouvertement devant les médias et l'opinion publique ?


Plus les petits délinquants hantent les couloirs de Fleury Mérogis, moins les grands n'ont de problème avec la Santé et la leur semble florissante.


Alors certes, le pacha de l'Elysée pourra entre deux éructations krypto-pétainistes nous jurer la main sur le cœur que le maire de Chantilly est la crème des hommes, ces 27 millions, ces lauriers de César, après la saga Bettencourt, les légions d'honneur, ce cercle restreint des bailleurs de fond des hommes du président, les amasseurs d'écus à l'abri de leur bouclier fiscal ne pourront longtemps rester sans rendre de compte. En passant, 27 millions d'euros pour un seul homme, cela fait combien de milliers de cotisations de smicards pour combler le pseudo déficit de la protection sociale ?


Et puisque nous sommes le 4 aout, reprendre les fondamentaux et les actualiser. Réinstaller la peur dans les châteaux, une vraie grande belle trouille. Cette peur légitime à l'annonce qu'on va aller tout prendre à la caste des nantis pour redistribuer au plus grand nombre. Qu'ils s'entassent dans le "Fa# airbus" de peur qu'en plus nous ne les mettions en 3x8 à frotter le carrelage des urgences des hôpitaux, à laver le linge des maisons de retraites, bitumer les routes qui accueilleront le tour de France ou relever les digues du littoral. Qu'ils aillent soigner leur palu au Seychelles (sous réserve que les habitants sur place les tolèrent).

http://dunkerque.gauchepopulaire.fr/public/dunkerque.gauchepopulaire.fr/BastilleJBLallemand.jpg 

du 14 juillet au 04 aout 

Bref de ces nantis faire table rase et du passé tirer enseignement pour enfin réussir à s'affranchir du système qui les a fait rois.

 


Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #En passant - juste un mot

Repost0
Commenter cet article