ATD pour leur monde

Publié le 18 Octobre 2012

 

http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1002564-Gustave_Courbet_Un_enterrement_%C3%A0_Ornans.jpg

Visiblement, G Courbet avait assisté à l'enterrement du socialisme en FrancheComté

(vous noterez la présence de M Valls à gauche de la toile muni de sa grande écharpe blanche de ministre des cultes)


 

La Canaille aurait besoin de se trouver un p'tit pied à terre genre "penty" plus près des centres vitaux de sa pointe Bretagne. 


Pour y parvenir il a eu L'idée :

faire appelle à la puissance politique pour organiser le dossier de financement, lui permettre de négocier avec les établissements de crédits présents sur tout le menhirland et faire que la dite puissance publique lui garantisse l'opération.


Bien sur compte tenu des difficultés de trésoreries propre à la grande majorité des retraités cela se ferait avec un différé de quatre ans pour organiser une éventuelle meilleure solvabilité ultérieure.


Vous devez vous demander si les éléments liés au grandes marées tempêtueuses de la période n'ont pas commis des dégats collatéraux irréversibles dans l'esprit de Canaille le Rouge ?


Pas vraiment. Il ne s'agit juste , si un en croit la presse, que d'une déclinaison personalisée des dispositions retenues pour le groupe PSA.


 

 

C'est officiel. Le gouvernement étudie une forme de soutien public à Banque PSA finance (BPF), établissement financier filiale du groupe automobile PSA Peugeot Citroën, a indiqué mercredi 17 octobre le ministre de l'économie, Pierre Moscovici.

"Nous sommes en train de chercher des solutions qui permettront à cette banque de pouvoir trouver des financements en s'appuyant sur le système bancaire et sur une forme, à définir en commun, de soutien de l'Etat", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse sur la future Banque publique d'investissement."Tout cela sera réglé très rapidement", a-t-il assuré, ajoutant qu'il avait déjà"rencontré les banques à ce sujet".


Mardi soir sur son site internet, le Figaro affirmait que le gouvernement et plusieurs établissements bancaires étudiaient un sauvetage de BPF. Selon le quotidien, qui ne précise pas la nature de ses sources, le ministère des finances et le Trésor mènent depuis quinze jours des "négociations intenses" avec "les banques de la place", en vue d'une telle opération. D'après le journal, le plan de sauvetage en discussion comporte trois volets.


Pour commencer, les banques créancières de BPF repousseraient selon un calendrier non précisé des échéances de remboursements "sur l'équivalent de 4 milliards d'euros de dettes". De plus, elles apporteraient de nouveaux crédits à la filiale. Le chiffre de 1,5 milliard d'euros circule, selon le Figaro. Enfin, l'Etat garantirait les nouveaux emprunts de BPF à hauteur de 4 milliards d'euros.

 

Alors si le gouvernement en fait autant à hauteur de 0.0001% pour mon petit "sam'suffit", qui peut le plus peu le moins.


Au fait si vous avez le temps d'explorer la toile, vous y verrrez que PSA (résultats PSA 2011 ici ), rien que pour 2011, dispose d'un résultat net (donc après impôts et taxes) de 588millions d'€ (soit 6ans et demi d'équivalent livret A de la canaille qui lui plafone à 12€ depuis la fin des années 80).

Cadrons le débat :


12 10 18 PSA rapport extrait


A noter aussi, pour que la cerise du dessus du gâteau ne soit pas tavelée, que la banque PSA finance aura eu un produit net bancaire de 1,032 milliards d'euro pour un chiffre d'affaire de 1.902 milliards.

 

A noter aussi que Faurécia un des piliers du groupe  annonce :

12-10-18--Resultat-PSA-Faurecia.JPG

 

 

 

Et enfin, pour ne pas alourdir, cette page du rapport financier qui plonge La Canaille dans un océan de perplexité :


 

12-10-18--objectif-PSA.JPG

 

 

Donc la direction de PSA annonce en février que son objectif n°1 pour 2012 est le désendettement significatif du groupe.


En octobre de la même année après un épisode estival chargé de dramatiser et faire avaliser le PSE de PSA, le très francomtois Moscovici qui de 2008 à 2012 préside la communauté d'agglomération du pays de Montbéliard (PMA), est député de Sochaux, au nom des sacrifices indispensables outre qu'il appelle à une sorte de "baisse tendancielle du taux de licenciement*, notre ci devant ministre des finances de la République (ex LCR avant de prendre le sillage de DSK et jospiniste) met à disposition de la baronie de l'industrie d'origine francomtoise (et fiscalement relocalisée dans une Helvetie moins agressive pour son portefeuille) des fonds, les services et la signature de la République.


Et il ne voudraoit pas faire de même pour un penty sur 400m2 du côté des côtes bretonnes ?


Il est où l'esprit socialiste ? 

 

 

* Déclaration du dit  Moscovici le 16 septembre 2012 lors de l'émission Le Grand Jury RTL-LCI et Le Figaro :


"PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a invité instamment dimanche PSA Peugeot Citroën à réduire l'ampleur de son plan de restructuration qui prévoit 8.000 suppressions d'emplois en France.

"Huit mille, c'est trop et j'espère que nous serons entendus. C'est indispensable que nous le soyons"

 

Il a toutefois admis dimanche soir sur M6 que l'usine d'Aulnay-sous-Bois devrait probablement fermer, comme le prévoit le plan de restructuration de PSA, avec 3.000 pertes d'emplois à la clé sur le site.

"Ce sera difficile de sauver Aulnay", a-t-il dit. "Il reste quand même 100.000 salariés. On va essayer de se parler et de faire repartir Peugeot sur une meilleure pente."


On ne peut pas dire que cela soit du Marx, ni du Jaurès, pas même du L Blum. On ne dirait que du Jospin version 2001 dilué dans du Hollande 2012...c'en est. 


 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Pour réfléchir ensemble

Repost0
Commenter cet article