Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Anagrammes, acronymes, oxymores et luttes


http://a10.idata.over-blog.com/0/38/43/95/Illustration/Berliet-liberte-1968.jpg

En 1968, les grévistes de Berliet qui occupaient les usines avaient redisposé les lettres lumineuses qui signalaient les lieux de production pour afficher un formidable LIBERTE.

 

En 2010, l'image des dominants de la société française ne porte pas de fier anagramme mais un terrible acronyme :

Piteux,  Exécrable, Trouble, Anxiogène, Ignoble, Nul.

Avec cela il y a moyen de qualifier efficacement l'été que le capital et sa droite vient de nous offrir.

Chacun des termes (et la liste n'est pas close, le "N" ouvre d'autres pistes brunes au regard du passé de certains ministres de ce gouvernement) donne corps à une sinistre mais réelle peinture du gouvernement de la France de 2010.

On aurait pu ajouter 

Veule, Imbécile, Crétin, Hideux... mais le Y se refuse à s'afficher de près ou de loin dans l'opération tant il est historiquement et idéologiquement incollable à ce que rappelle de pire les deux acronymes accolés et l'éloigne en l'occurrence de l'"État français".


http://a.imageshack.us/img269/6553/campl.jpg


Pendant ce temps, oxymore, et ce n'est pas anodin, sur ces sujets comme sur beaucoup d'autres, les ministres dits d'ouverture sont principalement reconnaissable à leur façon de la fermer. Leur tenue de camouflage en fait des gens de droite. Comme leurs collègues? Non, pires puisqu'animés d'une volonté de troubler la lisibilité de la politique à laquelle ils participent et à instiller résignation et caution de l'inadmissible. Le club des "tous soumis sans frontière" sont totalement acteurs cette obscène indigestion.

04 septembre, la République nous appelle, premier départ. Second trois jours plus tard, le 07 : redémarrage du train des luttes en souhaitant que ce coup si il n'y ait personne qui tire les signaux d'alarme et qu'il puisse s'ébranler accélérer et gagner la gare des victoires.

Élan du 04 et prise d'appel du 07. Pour permettre un bond au mouvement social qui ébranle, déstabilise et fasse reculer le capital puisque en dernier ressort c'est toujours de lui qu'il s'agit quelque soit l'espace où s'exerce ses méfaits, c'est dans les entreprises que cela se construira et se mènera.

Il apparait que la CGT annonce se tourner vers ses bases pour décider des suites du 07 (c'est ce qui ressort de sa CE confédérale d'août et des déclarations du moment de ses dirigeants). Bonne nouvelle et saine leçon de l'expérience tant la priorisation des réunions d'état-major a plus aidé à la l'attentisme qu'à l'offensive.

 

Nul doute que c'est plus sur les lieux de travail, dans les rue des  villes, ici, que cela se construira plutôt que dans les esplanades de l'administration de l'UE et encore moins avec une CES qui s'accorde à faire barrage à toute contestation de ce système économique cause de tous les maux.

En plus, les permanences des ministres, des élus qui soutiennent ce pouvoir, ceux qui votent ses lois, qui aident les patrons à licencier et emplissent leurs coffres, tout comme les chambre patronales, tous ceux qui légitiment l'UE, sont dans les préfectures et chef lieu de canton. C'est là que tous ont pignon sur rue, là qu'ils doivent rendre des comptes, pas à Bruxelles.

http://www.lexpress.fr/medias/281/1-ue-elections-partis-ump_296.jpg 

Bruxelles ou Paris et il n'y à pas qu'à droite qui faut regarder

 

Si les rendez-vous de septembre,la maitrise de leur prolongement par les acteurs des luttes sont à la hauteur des attentes, surtout s'ils lancent un processus de reconquête et ne sont pas appelés à accepter un constat figé éventuellement modifié à la marge de la fatalité des choix du FMI de l'UE et du capital réunis, les salariés de Berliet pourront refaire bouger les lettres.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article