Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A UN COPAIN QUI N'A PAS LE MORAL …. ET POURTANT ….

 

 

 

http://img.over-blog.com/300x201/0/46/21/58/1968_mai_Nous_sommes_le_pouvoir-44a51.jpg

http://p4.storage.canalblog.com/45/48/576399/73181553.jpg

 

Quand on a le blues, rien de tel qu'un petit mot d'un bon pote pour remonter le moral. Elie prend sa plume...pour donner des ailes à quelques idées qui parce que simples ne sont pas simplistes:


 

A UN COPAIN QUI N'A PAS LE MORAL …. ET POURTANT ….

 

 

C'est curieux, cette tendance au refus de prendre en compte la réalité sociale du travail salarié, cette forme de travail qui est celle de 91% des travailleurs de ce pays, celle dont la crise affecte toute la société dans ses soubresauts.


L'ENTREPRISE, LIEU DE CONFLIT ….....


. les salariés sont différents, du plus au moins qualifié : de l'O.S. à l'Ingénieur, de l'employé au chef de section, de l'aide soignante au médecin …. mais leur activité est complémentaire …. même s'ils sont géographiquement séparés, ils sont SOLIDAIRES dans le travail; le produit commun, leur activité est INDIVISIBLE, il leur est impossible d'en extraire individuellement leur travail, car le produit du travail collectif ne leur appartient pas, il appartient au propriétaire de l'entreprise : l'entreprise vit au milieu de la cité, mais ce qui s'y passe relève de l'entrepreneur : c'est lui qui décide du partage de la valeur ajoutée; et de fait, pèse sur la vie des salariés y compris hors travail.


EN FAIT L'ENTREPRISE EST UNE ENCLAVE DANS LA REPUBLIQUE OU SA LOI N'A PAS PRISE : on nous dit que les assemblées représentent la France rurale (le Sénat), l'Assemblée Nationale, la nation ; curieusement, il n'y a aucune assemblée représentative du travail salarié, notamment en tant que tel; on nous dit volontiers que les salariés ont la parole, que la loi républicaine est valable sur tout le territoire national : c'est faux ! Elle est interdite sur le territoire des entreprises où règne la loi du capital, même public et nationalisé. Lisez les « règlements intérieurs » affichés dans tous les lieux de travail par « la Direction  de l'entreprise », c'est une longue liste d'interdits qui rappelle au salarié que son contrat de travail qui le lie à son employeur le SUBORDONNE A LUI POUR UN SALAIRE, C'EST CE CENTRE DE POUVOIR QU'IL FAUT LIBERER, il est la source de la crise que nous vivons : de 1980 à 2010


·         les salariés de France ont travaillé et créé 4,35 fois plus de richesses; et n'ont gagné que 3,6 fois plus

·         mais leurs employeurs ont engrangé 5,9 fois plus de profits !!!


VISER JUSTE : attention toutefois cet enrichissement est très inégalement réparti car en France, les entreprises qui emploient plus de 500 salariés amassent trois fois plus de profit par salarié que toutes celles qui emploient moins de 500 salariés … Elles sont, en fait, dirigées par le système financier qui transforme l'entreprise en machine à faire de l'argent Ce sont ces entreprises qu'il faut socialiser en les replaçant sous la gestion des représentants élus de leurs salariés.


J'ai entendu un ouvrier présent lors d'une visite présidentielle dans son usine où l'emploi périclite crier, « aidez-nous Monsieur le Président» Ca fait quatre expériences : 1936, 1946, 1968 et 1981 qu'il nous « aide » le pouvoir politique. Il est complètement déraisonnable de laisser se poursuivre cette expérience solidairement comme nous travaillons, à l'entreprise.

 

Elie DAYAN

Mars 2013

 

Évidement, c'est hors d'atteinte du Q.I. d'un responsable moyen de la PSFIO rejoint bointôt par la P"c"SFIC (depuis le temps qu'ils sédimentent il y a calcification des deux termes), raison de plus pour cesser de chercher à les convaincre ou à chercher ensemble une issue.

C'est comme dans les luttes revendicatives : l'unité se fait sur les objectifs politiques pas sur une pelleté de sigles plus ou moins flétris.

Comme le disait André Tollet à la direction d'un Comité Fédéral du PCF (La canaille était présent) , au début de la farce de 97-2002, sa dernière intervention politique peu de temps avant son décès : "le changement se fera avec vous, sans vous,... ou contre vous" les deux secondes de silence entre le "sans vous" et "le contre vous" avaient allumé de la rage dans certains regards contre l'historique dirigeant communiste et de la CGT, celui des manif de 34, de 36, le résistant évadé, l'un des principaux acteurs des accords du Perreux de 1943 le président du Comité Parisien de la Libération.*

 

*Toutes affaires cessantes, habitants d'Ile France ou passant par Paris, accourez à l'Hôtel de ville de Paris voir l'exposition "Résistance en Région Parisienne".Enfin la place au peuple, ses ouvriers, ses banlieues, ses quartiers, ses immigrés, sa diversité aussi.

Venez seul, en famille, en groupe en ligue en procession, prévoyez au moins deux heures. 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article