A propos d'un creux dans la présence

Publié le 25 Octobre 2012

12-10-25--chateaubriant-rec-Cler.JPG

Chateaubriant 2012 dans la carrière, sous le signe des acquis sociaux, un laché de ballons adressés au locataire de l'Elysée portants les voeux des enfants pour une société meilleure.(il y a même l'adresse de ceux qui le désiraient pour qu'il leur envoit sa réponse) 

 

 

Disons le clairement, La Canaille est aussi contrit que mécontent d'avoir eu son agenda revendicatif et sa capacité à vous rendre compte des manifestations diverses de ce début d'automne contrariés sur ces deux dernières semaine par des impératifs personnels aussi forts qu'incontournables, l'obligeant à des choix que pour des raisons cumulées il aurait préféré ne pas devoir faire.


Le dernier, triste date, accompagner pour son dernier voyage un de ses potes, plus qu'un ami, un frère. Complice d'esprit, de grève, de table et de lutte assassiné à petit feu par le patronat de la réparation navale. Ces patrons de l'UIMM, des CCI gérant les ports qui accumulent d'autant plus que quand ils ne liquident pas les filières industrielles,  à coup d'amiante ou autres produits mortifères, solides, liquides ou gazeux, ils tuent en conscience la chair à profit des armateurs. La colère était dans tous les regards la semaine dernière au funérarium de Brest.


Moment de l'agenda percuté aussi par les commémorations, là programées, des fusillades de Nantes et Chateaubriant, lesquelles, croisées avec Souges et le Mont Valérien, éxigent d'être présents parmi les porteurs de mémoire tant la droite mais aussi d'autres qui disent l'être moins, mais pour autant aussi discret sur le sujet, cultivent l'art de l'éteignoir.

 

Canaille le Rouge va dès maintenant reprendre sa place dans l'attelage tirant la charrue des luttes et colères pour participer à tracer le sillon.

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Coup de gueule

Repost0
Commenter cet article