grève antisuicide dans les Bouches-du-Rhône... et Davos

Publié le 29 Janvier 2011

http://medias.lepost.fr/ill/2008/04/23/h-4-1098946-1208959261.jpg

Reprise d'un article de l'Huma. La tension sur la force de travail tue, la riposte est indispensable et semble se construire de façon massive et efficace. Le lien entre suicide et condition d'exercice du métier est maintenant incontournable.

 

 

Les syndicats CGT, CFDT, Unsa, SUD et CFTC appellent à se mobiliser contre la déshumanisation du travail et en soutien aux postiers du 2e arrondissement de Marseille en grève.

Le suicide du caissier de La Poste de Vitrolles, Robert Palpant, plus que les autres qui l’ont précédé en 2010, a provoqué un réel choc parmi les postiers des Bouches-du-Rhône, et sans doute au-delà. Parce que, comme le dit Frédéric Béringuier, de la CGT, qui a l’a bien connu, « ce n’était plus un appel au secours qu’il lançait mais bien son auto-élimination qu’il accomplissait ». Parce que, avant de se jeter sous un train, il a, dans une lettre que son épouse a remise à la police, mis en cause, pour expliquer son geste, les dirigeants de La Poste. Dans un communiqué commun, la CGT, la CFDT, la CFTC, SUD et l’Unsa des Bouches-du-Rhône estiment à ce propos que « les causes du suicide sont liées aux conditions de travail qui se sont fortement dégradées depuis la mise en place de la dernière réorganisation (du bureau de Vitrolles) où plusieurs emplois ont été supprimés ».

De plus en plus nombreux sont les syndicalistes qui font le parallèle entre ce qui se passe à La Poste et le scandale chez France Télécom en 2008 : management par la terreur, départ forcé des salariés ayant le statut de fonctionnaire, casse du service public. C’est en tout cas « pour éviter une vague de suicides comme à France Télécom » que toutes les organisations syndicales de La Poste, à l’exception de FO, appellent aujourd’hui à vingt-quatre heures de grève et à une manifestation (à 10 heures) devant le siège de la direction départementale.

Direction qui se trouve non loin du centre de distribution du 2e arrondissement de Marseille dont les agents, cadres compris, sont en grève totale depuis plus de cent jours ! Après avoir fait la sourde oreille depuis le premier jour du conflit, le 7 octobre dernier, la direction vient de nommer un « négociateur », qui, selon la CGT, en pointe dans cette lutte contre la précarité qui mine le service public, ne souhaiterait négocier que la prochaine restructuration du centre. Or la revendication centrale des syndicats est justement, compte tenu des dégâts humains déjà occasionnés, « la suspension des restructurations en se penchant sérieusement sur les conséquences des organisations du travail et du management mis en œuvre ». L’utilisation abusive d’intérimaires dans les Bouches-du-Rhône est révélatrice, selon les mêmes syndicats, d’une politique de rentabilité à tout prix qui déshumanise l’entreprise. À ce sujet, SUD PTT 13, dans un tract distribué dans les boîtes aux lettres des quartiers nord de Marseille, souligne que les bureaux de poste des 14e, 15e et 16e arrondissements sont devenus « des succursales de l’agence Adecco avec près d’un tiers du personnel en intérim ! ». La Poste pratiquerait aussi le « travail dissimulé » en embauchant des intérimaires qui dépasseraient largement et illégalement les trente et une heures par semaine, fixées par leurs contrats. Bref, comme le dit le comité d’usagers VSP (Vive le service public) de Marseille qui apporte son appui à la grève, « il est temps que les cadres dirigeants sortent de leur bunker pour remplir correctement la mission de service public que nous attendons de La Poste ».

P. J.

 

http://fonzibrain.files.wordpress.com/2010/01/pieuvre.gif

Critères financiers, précarisations, casse des garanties sociales, privatisations des sevices publics, ce sont justement ce à quoi en ce moment travaille le gratin du monde capitaliste à Davos, avec la contribution à marche forcée de Fa# en villégiature là bas.

 

"G8", "G20", "G tout raflé", ils sont à l'œuvre et ne font pas que théoriser, les déclinaisons concrètes font des morts au travail, des morts des guerres pour la maitrise des richesses, des morts sous les coups des forces de répression, des morts d'épuisement physique et moral.

 

Nombre des syndicats qui sont dans cette lutte pour la vie, la dignité et le Service Sublic sont affiliés à la "CES-CIS" qui participent au forum du "comment mieux exploiter".

Comment ne pas montrer au quotidien le lien entre les choix du capital et l'urgence de s'en démarquer pour mieux les combattre ?

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #se coltiner au quotidien

Repost0
Commenter cet article