Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

07 juin, après, des enseignements à tirer

Il y a besoin de reprendre toutes les données de façon rationnelle.
 

D'abord pour tordre le cou (hélas que le cou) à une idée que même le PS véhicule parce qu'il en a besoin comme repoussoir pour sa stratégie pour les scrutins à venir :

La droite n'a pas gagnée. Le chef de l'UMP passe de 11,5 millions de voix à 4.8. En deux ans.(les chiffres cités dans ce texte sont issus d'une étude TNS Sofres/Logica réalisé dimanche notamment pour Le Monde.) 
 

Sur toutes les places boursières, avec un tel résultat, il serait mis en faillite. A Wall Streets (que leur ectoplasme biblique nous en garde) avec un tel score il serait nationalisé et interdit de faire Bling-Bling avec ses stock-options.
 

Pourtant,  personne ne le dit si simplement. Rien que poser la question ouvre une béance pour laisser passer des réponses toutes aussi convenues que précipitées, toutes dans des radeaux de la méduse plutôt que dans le rationnel.
 

Ont les comprend : le syndrome Titanic vient encore de se préciser.
 

Le PS prend une claque retentissante. Je comprends la tristesse de beaucoup de mes amis. Mais la compilation de références partant de Aout 14 à Juin 2009 me conduit à souhaiter que l'appareil ne s'en remette pas (le capital en a tant besoin dans la période que je sais que c'est illusoire).
 

Que les scories de l'Udf en prennent plein la tronche ne me fera pas pleurer.
 

Restent deux choses, plus conséquentes à regarder avec du recul et dont la visibilité est sources d'interrogations.
 

Le FdG et ses composantes ne progressent pas comme ils l'escomptaient. Mais dire effondrement serait se tromper. Il maintient un noyau extrêmement réduit (1/4 du poids d'une sociale démocratie affaiblie) mais où les forces sociales qui depuis janvier sont dans les luttes ne se sont pas socialement ni générationellement reconnues : c'est dans cet électorat que la mobilisation est la plus forte, c'est aussi là qu'il est le plus vieillissant.

Or le capital a les moyens de jouer la montre.
 

Le NPA malgré toutes les aides directes ou indirectes (y compris pour se transfuser une part des moyens du FdG) est en échec. Ce ne sont pas ses 2.5% sur la zone d'action professionnelle de son porte parole qui le montre mais les 80% de jeunes, qu'il visait, qui se sont abstenu et, dans les votants, le fait qu'il n'en récupère pas plus que le FN ...ou d'autres.
 

Au risque de voir les lettres d'engueulades continuer de me parvenir depuis dimanche, je persiste à regarder les faits qui comme l'a dit ce vieux Karl sont têtus : le périmètre des abstentionnistes de juin 2009 recoupe quasiment à l'identique celui du NON en 2005 que beaucoup avaient doté de l'appellation NON de gauche. Tous avaient vanté ses potentialités.
3% des abstentionistes du 07 juin ne vote jamais donc 97% des autres ont voulu encore dire quelque chose ce 07 juin là. 
 

Sauf numéro de contorsionnistes fildefilaires à admirer, qu'on me démontre que les potentialités d'il y a quatre ans sont des obstacles ou des freins aujourd'hui.

Si le peuple à tort, devons-nous changer le peuple ? Sans moi.
 

Ou, à partir de l'état de conscience du mouvement populaire, travaillons en intégrant le fait que dans la même période d'après un sondage commenté par l'Huma, un nombre et une composition semblable aux abstentionnistes ont dit ne plus vouloir du capitalisme.

Comment les aider à construire leur alternative au capital?

Précisons bien : pas soutenir tel ou tel projet. Construire le leur.
Renouer avec une conception autogestionnaire de la subversion (pas le dépassement) du capital. Bref participer à une alternative communiste.Ne pas chercher à reconduire un modèle type 36 ou 44 plein de mérite et vertus alors mais pas en consonnance avec les attentes d'aujourd'hui, dignes d'enseignements et qu'il serait peu digne de caricaturer.
 

Une fois établi que les sièges répartis par les fonds d'urnes du 07 juin ne sont pour notre pays que les dividendes de la forfaiture de Versailles pour les plus nombreux  et un Canossa pour le reste de ceux qui s'y opposèrent tout en y allant, la légitimité de ce machin qui va siéger au nom d'une fraction la plus minoritaire envisageable des peuples de leurs UE n'aura pour les peuples aucune légitimité.
 

Que les moins compromis s'en retirent, vite. Qu'ils laissent à Cohn Bendit le partage du reniement de 68 et rivalise avec Fa#  l'effacement des mémoires de sa dimension sociales.Employons nous à les combattre. (je serai curieux aujourd'hui de connaître l'avis de la direction du PCf sur Bové et ses acolytes quand je me rappelle des volées de bois verts reçus par les camarades du Languedoc quand ils disaient aux mêmes leur expérience avec ce Frigoli politique. quand ce n'est pas le peuple qui se trompe c'est la base qui est fragile).
 

Que ceux qui ne vivent que dans l'attente d'un mandat s'accoquinent définitivement avec le PS. Après tout, il a obtenu une iiiimmense victoire : le 07 juin au soir la commission de Bruxelles a décidé qu'un mélange de vin blanc et de vin rouge ne ferait jamais un vrai rosé (ce qui est vrais). Mais si le rosé se déguste frais, le PS depuis des lustres ne l'est plus et les gris ne se conservent pas.
 

Ce n'est qu'un enseignement permanent de l'Histoire : les barricades n'ont que deux cotés et là, avec la question du rosé, le retour sur la barrique prend tout son charme.


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article