Soutien à René Vautier et Mehdi Lallaoui

Publié le 30 Avril 2009

La bête relève la tête.
Ne pas attendre lui la faire baisser.


Avec l'encouragement que FA# et sa majorité, dont ces si nombreux anciens fascistes "d'Occident", "jeune front", "jeune nation" et autres, leur a donné en revendiquant un passé "glorieux et positif" du colonialisme français, les nostalgiques de l'OAS et de leur prédécesseurs, au passé si peu reluisant tentent de salir le combat anticolonialiste.

Les mêmes qui applaudissent, se réjouissent ou participent à la chasse au sans papier, loisir devenu un des sport à la mode, pas que parmi eux hélas, dans certaines franges de la société, ces mêmes ont pris pour cible René Vautier, ancien FTP,  militant de la cause anticoloniale, cinéaste,  et pour cela pourchassé par tous les gouvernements des répressions colonialistes.

Medhi Lallaoui cinéaste dont l'oeuvre témoigne des massacres du colonialisme français en Algérie est victime de la même haine.

L'article de l'Huma du 28 avril face au communiqué des  "le peniste" de Bretagne (laquelle en terme de polutions à déjà assez à faire avec les marées noires des pétroliers sans avoir à subir en plus celles brunes des ex collabo des années 40 et des "commandos delta de l'algérie française") montre l'enjeu du procès de Quimper. 

Notez comment dans leur vocabulaire, avec une obscénité qui le dispute à l'ignominieux l'extrème droite s'approprie les vertus de mots qui doivent les faire condamner : il persiste dans cette logique qui leur à permi de ternir et poluer les termes de "Front national" pour en faire le réceptacle de leur haine raciale et celle des démocrates, c'est, avec patriote, le tour maintenant de négationisme et collaboration. 


 

René Vautier, cible des nostalgiques de l'OAS

Mémoire . Accusé de « collaboration antifrançaise » par des activistes d'extrême droite, le cinéaste anticolonialiste a porté l'affaire devant la justice.

Qualifier un résistant de « collaborateur » : les nostalgiques de l'OAS ne connaissent décidément aucune limite dans l'abject. En août 2005, lors d'une édition consacrée au colonialisme, le Festival de cinéma de Douarnenez invitait les cinéastes René Vautier et Mehdi Lallaloui, ainsi que l'historien Olivier Lecour-Grandmaison. Lors d'un débat, ces derniers furent violemment pris à partie par Claudine Dupont-Tingaud, présidente de l'association RéAgir, Résister et Agir pour la « défense de nos identités », ancienne conseillère générale FN, ex-OAS, qui se qualifie de « plus jeune des détenues politiques de l'Algérie française ». À la provocation succéda la publication d'un communiqué de presse du même acabit. Le réalisateur du célèbre Avoir vingt ans dans les Aurès y était accusé de « mensonge délibéré » au service d'une « idéologie manipulatrice ». Olivier Lecour-Grandmaison était qualifié, lui, de « négationniste », coupable de passer sous silence « l'oeuvre positive de notre civilisation » dans les colonies. Quant à Mehdi Lallaoui, il était présenté comme l'incarnation d'une « tyrannie de la repentance » visant à « instiller en nous la haine de notre histoire commune alors qu'il sait fort bien que la conquête de l'Algérie a libéré les populations d'Afrique du Nord du joug des barbaresques de l'Empire ottoman ». Tous trois, enfin, présentés comme les promoteurs de « thèses racistes antifrançaises » étaient accusés de « Kollaboration antifrançaise ». Cette dernière accusation « est particulièrement obscène et odieuse s'agissant de René Vautier, qui est entré très jeune dans la Résistance », rappelle Olivier Lecour-Grandmaison.

Suite à la plainte avec constitution de partie civile pour diffamation à l'encontre de Claudine Dupont-Tingaud, un procès se tiendra jeudi prochain, à 16 heures, au tribunal correctionnel de Quimper. Les nostalgiques de l'OAS appellent à un rassemblement devant le tribunal et ont appelé le FN à la rescousse. En réponse, un dirigeant du parti d'extrême droite, Roger Holleindre, a confirmé sa présence comme témoin de la défense. Une contre-manifestation pourrait être organisée pour dénoncer « un contexte marqué par un regain d'activités des nostalgiques de l'OAS, qui multiplient les commémorations et les monuments tendant à réhabiliter le passé colonial de la France en Algérie et à glorifier les activistes de cette organisation terroriste », insiste Olivier Lecour-Grandmaison. « Nous ne pouvons pas nous laisser insulter sans réagir par des activistes d'extrême droite qui ont voulu, autrefois, renverser la République, ajoute Mehdi Lallaoui. Leur combat vise à discréditer tout ce qui va dans le sens de la réconciliation entre les peuples. »

Rosa Moussaoui (HQ du 28 04 09)


L'extrème droite cherche à salir les internationanlistes et antifascistes. Elle veut tenir le pavé à Quimper et cherche à mobiliser (on trouve ce genre de prose sur le net)

Procès Mehdi Lalloui et René Vautier le 30 avril

Appel à soutenir nos amis qui poursuivent Mehdi Lalloui, René Vautier -réalisateurs- et les organisateurs du festival de cinéma de Douarnenez lors du procès qui se déroulera à Quimper. Roger Holeindre sera présent pour défendre l'honneur de la France.

N'hésitez pas à nous rejoindre nombreux le 30 avril à 15 h 30 devant le tribunal. Et... faites circuler l'information !

 

Je ne pourrai pas êtres pas en Bretagne ce 30 avril.
Ce message est l'expression de ma solidarité avec René Vautier et Medhi Lallaoui. C'est une information à relayer pour contrer les nostalgiques de la milice et des ratonnades, contre les suppots du sinistre Papon au passé de collabo et d'assassin de Charonne et des commandos de tueurs de l'OAS une fois de plus réunis, c'est un appel au soutien de tous les antifascistes à nos deux amis.


Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Solidarité internationale et expériences

Repost0
Commenter cet article