Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Richesse de la langue française

La langue française permet bien des facéties.

Tous, nous connaissons les mises en garde autour de l'additif "militaire" à musique, justice, défilé, régime, médecine etc. En général, lorsque ces termes sont accouplés et deviennent dominant,  sourire, décontraction et jubilation ne sont pas ou plus de la partie.


+    

= 

 

Militaire n'a pas l'exclusivité : Prenez populaire plus il est utilisé dans les sigles des partis plus ils sont  de droite. Sans parler du RNP de Déat ou du PPF de Doriot, quand sur les 50 dernières années on passe de l'antique MRP de Schumann, Pflimlin ou de ...l'Abbé Pierre, à l'UMP des joyeux duettistes Bertrand et Lefebvre, pour la joie et la détente de masse, cela ne nous rapproche pas de la foire du Lendit ni de celle à Neuneu (encore que Neuneu, parfois...). Le "P" de populaire sonne plus comme populiste que le "popu" du front qui lui l'était réellement.

C'est sur ces idées que travaillent ceux qui au nom d'un pseudo "Etat de Droit" affinent leur état de droite.

Autre exemple : en parlant de neuneu. Avez-vous vu le dernier échafaudage politicard que Hollande met en place ?
Vieille lune, un de ces ragoûts sans viandes et sans épices mouillés à l'eau de Lourdes. Même la pintade du Poitou n'avait pas osé. C'est du même marigot que les deux exemples précédents : Gauche et centre gauche. D'hier valeur d'espoir et de rassemblement de ce ramassis de Centre-Gauche qui renaît aujourd'hui.

Admirons le numéro de fildefériste : pour faire gagner la gauche nous notre Mimolette, examinons avec Bayrou, héritier du MRP, quelle sont nos "convergences" et, pour ne pas faire peur "nos divergences".

En mathématique classique, le résultat est le plus souvent indépendant de l'ordre des facteurs (je ne parle pas de celui de Boulogne Billancourt). Par contre en politique, c'est plus souvent le cas : "regardons ce qui nous rapproche et valorisons le pour amoindrir ce qui pourrait nous diviser" (rappelons-nous ce que cela a coûté au mouvement social à l'exemple du programme commun de la gauche en 72). C'est comme cela qu'aujourd'hui celui qui a la voix qui trémolise dès qu'il parle de Jaurès, de Fourmies, de 36 propose de s'allier avec un des caciques du parti du diamantaire de Bokassa, le parti des Ponia, Barre, Balladur ou Madelin. Bigre de bigre c'est de gauche comme est gauche une fenêtre tordue par les intempéries successives. (Notez combien cette proposition dites publiquement gène tous ceux qui l'ont plus discrètement mise en œuvre localement ou qui y participent au-delà, plus "à gauche" des rangs du PS).


 +


Le parti de Hollande, un fromage pour les politologues latinistes, offre ainsi tous les vingt ans des espaces d'exploration renouvelés pour montrer en quoi être sinistre ne porte pas à senestre. Il ouvre des débats d'experts sur comment une oreille même bien affutée peut être perturbée sur l'approche mais pas sur le fond : Ici, entendre sinistre et comprendre cynique serait certes une faute en linguistique mais de sera donc pas une erreur en politique. 


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article