Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Veni, vedi... à quand vici ? mais ça se construit



16h40 place de la République,

Étudiants et enseignants de l'INALCO (ex langues O) attendent pour partir, plus de deux heures que la tête des 2 cortèges sont en marche (et déjà arrivés à c't'heurelà)

Pendant ce temps là, toujours à Paris, les copines retraitées de la haute-couture présentent leur collection printemps-été revendicative.


 
Sachant que les derniers partis de République sont arrivés à Nation vers 19h15, si un seul parcours avait fonctionné, nous aurions eu plus de 9h00 de défilé.

Ramené à l'outil de mesure des manifs en période moins intense sur ces deux parcours, les 300 000 manifestants sont très largement dépassés.la presse physique et réelle dans les cortèges valide les 350 000.


Au sud du Phare ouest, (photo P; Morel-tdr), cela semble moins consensuel


St Nazaire vers 18h00 impressionnant mais très limité et vite circonscrit.
preuve pour autant d'une montée des tensions.
 
Et maintenant ?
Personnellement, je ne suis pas sûr du tout que les salariés vont attendre patiemment le 1er mai.

D'ailleurs, cela a du être un des points durs de la discussion inter-orga de ce matin à voir comment la résolution contourne curieusement le calendrier.

Pour les orga qui hésitent, la prochaine phase se fera avec elles, sans elles, voir pour les plus timorées contre elles


Si j'étais trésorier de la CFDT j'affréterai un charter pour wallis et Futuna pour un séjour d'un mois ou deux, les manifs et rassemblements vont devenir durs pour les signataires des chérèques en blanc.

Ce qui monte, ce n'est pas du genre nov 95, cela ressemble à autre chose. l'éruption massive et déterminée des salariés du privé, dont de très nombreux, excusez du gros mots qui avaient disparu des lexiques, ouvriers (et ouvrières) très jeunes, décidés à ne pas se laisser faire donne un "la majeur" qui devrait inquiéter fa#.

Je crois même qu'au delà du mouvement syndical, un certain nombre de forces politiques vont découvrir que le syndicalisme a une force propre qui le rend capable de porter des idées en rupture avec les consensus établis. 

Si ce mouvement  arrive à bien caler les pas de sa prise d'élan, j'en connais, et pas qu'au PS, qui vont avoir du mal à suivre. 
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article