Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la crise n'est pas dure pour tous

Pourquoi s'eforcer à dénoncer quand un simple article du Monde avec tous ses poncifs journalistiques, montre la réalité d'un système à abattre.

Notons que les queues sont "soviétiques" et ni "haitiennes" ou "vichystes" (il n'a pas osé "cubaines"), les profiteurs sont débrouillards, pas trafiiquants.

Ceux qui organisent le marché parralèle font des emplettes , ils ne trafiquent pas. Et les affaires sont boostées.Bref un libéralisme éxotique quoâh!

Chacun sait que chaque antillais, grace à son RMI éventuels dispose d'au moins un bateau à moteur pour aller faire son shoppping à st Barth.

Les truants dénoncés (pas toujours forcément à tord)dans le 93 sont des lucky luke dans le 97. 

Et pendant ce temps là personne ici en "atlantique nord-est" comme on dit sur les embalages de poissons surgelés, ici,  qui ne parle du régime fiscal avantageux des grand bourgeois des Caraïbes. Vous savez, les clones du notaire près de la mairie, les cousins du marchand de tableaux de la rue Bonaparte. Non, pas ceux qui ressemblent à mon voisin du dessous de mon HLM.

Vous le conaissez mon voisin ? Celui qui est aux parents d'élèves de l'école. Oui, le monsieur qui ramasse les poubelles et qui nous ramène une bouteille de rhum quand il retourne au pays tous cinq ans, son frère là bas il est en grève depuis bientôt deux mois. 

Ce qui suit est tiré du Monde daté du 01/03 :



En Martinique, face à la pénurie, le marché noir fleuritLE MONDE | 28.02.09 | 13h48  
  •   Mis à jour le 28.02.09 | 15h59Fort-de-France Envoyé spécial
     
Depuis vingt jours que dure la grève générale en Martinique, les hauts et les bas de la négociation se lisent dans l'entrebâillement des rideaux métalliques des magasins. Quand la tension monte, le rideau s'abaisse. En ce moment règne une sorte d'entre-deux : il faut parfois se courber en deux pour pénétrer dans une boutique. A l'occasion, le vendeur porte un t-shirt du "Collectif du 5 février 2009", en signe de solidarité avec le mouvement. Un investissement de cinq euros, à toutes fins utiles.

Alors que le port est bloqué et que les camions sont au garage, les commerçants les plus débrouillards parviennent à se procurer de la marchandise. Aussitôt qu'un arrivage est annoncé, une file d'attente se forme sur le trottoir. La scène a quelque chose des grandes heures de l'Union soviétique.

Si la vie est chère à l'année, motif de la présente protestation, elle devient exorbitante en ces temps de pénurie. Le marché noir fleurit. Les produits frais sont un luxe. Il faut accepter de payer trois ou quatre fois le prix normal certaines denrées. Le Collectif a d'ailleurs admonesté ces profiteurs de grève, leur demandant de "mollir sur les prix", sous peine de sanctions. Jusque devant la maison des syndicats, des vendeurs indélicats font valser les étiquettes.

A la nuit tombée, les barrages qui bloquent les entrepôts relâchent leur attention. Des camionnettes parviennent alors à sortir en catimini de quoi alimenter notamment les hôtels de l'île, où jusqu'à présent rien ne manque à la table des convives.

Un intense trafic maritime s'est également développé avec l'île de Sainte-Lucie, à une heure de la Martinique. Ceux qui ont un bateau, les plus riches donc, vont y faire leurs emplettes. Dans les supermarchés de l'ancienne possession anglaise, les Antillais français boostent les affaires. Les beaux jours de Sainte-Lucie font aussi ceux de quelques Martiniquais puisqu'une partie de la distribution locale leur appartient.

On traverse également pour s'approvisionner en essence quand, sur l'île en grève, il faut attendre plusieurs heures pour mettre trente euros dans son réservoir, maximum autorisé. Certains pompistes, dit-on, acceptent de faire le plein, moyennant cent euros de la main à la main. Au marché noir, le litre se négocie jusqu'à cinq euros.


 

Je ne voudrais pas dire, mais si quelques uns des organisateurs de ce marchés aussi noir que le code du même nom se trouvaient publiquement contraints de rendre des comptes, cela obligeraient Medef, CGPME et békés en général à accélérer l'apposition de leur signature au bas de l'accord
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article