Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non mais oh!!, Halte au feu !! Va pas la tête ?




Vu dans libé Lyon  et obligeant intervention de la canaille : 






13/02/2009
Un mystérieux corbeau fait chanter Carrefour

CHANTAGE - Qui en veut à Carrefour ? Le 3 février dernier, une lettre anonyme était déposée à l'accueil de l'hypermarché de cette enseigne à Vénissieux. Dans cette missive, le ou les auteurs, qui signent sous le pseudonyme « Racaille », exigent une rançon de 800 000 euros. Si la somme n'est pas versée, « Racaille » menace d'empoisonner des produits alimentaires...

Ce chantage, révélé hier par Le Parisien/Aujourd'hui en France, fait écho aux inquiétants messages retrouvés à la mi-janvier dans les rayons d'une douzaine de magasins du groupe, en région parisienne, mais aussi à Givors ou Roanne : des cartes de visite, frappées d'une tête de mort, sur lesquelles le destinataire pouvait lire : « Elle (la mort) sera bientôt présente dans vos rayons. » Les têtes de mort et la demande de rançon sont-elles liées ? Menace réelle ou mauvaise farce ?

Hier, la police était peu loquace sur l'affaire. Un magistrat souligne le style « lourdingue et redondant » de cette mystérieuse lettre, « truffée de formules anticapitalistes dénonçant le comportement de Carrefour à l'égard de ses clients.»Depuis le 3 février, l'ultimatum fixé dans la lettre est passé, la rançon n'a pas été versée, et « Racaille » le rouge ne s'est plus manifesté. « Tout laisse penser que ce n'est pas l'œuvre d'un pro » ajoute le magistrat.

La direction du groupe prend pourtant l'affaire au sérieux. Les mesures de sécurité dans ses magasins ont été renforcées, certains produits contrôlés : « Nous n'avons rien détecté d'anormal, tout est surveillé » précise Hervé Gomichon, directeur qualité du groupe. Hier, le personnel du magasin de Vénissieux n'avait pas été mis au courant de l'affaire par sa direction. Et les clients faisaient leurs courses comme d'habitude, oscillant entre incrédulité et franche rigolade, en apprenant d'un journaliste le chantage du mystérieux « Racaille ».

Alexis de la FONTAINE



Non mais oh!!, Halte au feu !! Va pas la tête ?

Si la racaille en question avait attaqué Van Cleef & Arpells avec un pistolet à Vittel-grenadine ou diabolo-fraise, place Vendôme, là où Courbet (aidé de quelques robustes compagnons ont abattu la première colonne),  pour exiger une épingle à cravate sertie de grenat de bohême à porter pour aller en manif, on aurait pu douter. Dire tient, l'ami canaille le rouge à péter un câble.

Mais à Lyon, non seulement on m'usurpe mon ex-identité bloggeuse, que déjà un certain Cabu avait utilisée dans un des canards babacools bourgeois-réac (vous savez la référence qui parait le soir)  sans qu'il daigne me remercier de lui avoir abandonné le patronyme, mais en plus je vais bientôt me retrouver sur un quelconque  Tarmac ou en centre de rétention pour un aller Brest est ou ouest (avec Besson on ne sait jamais) avec des conneries pareilles.

C'est un scandale !! Aurait dit quelqu'un de célèbre il y a quelques décennies.

Donc pas de confusion avec Canaille le Rouge (modèle unique, marque déposée inscrit et immatriculé Secu-CP.

Monsieur carrefour, je vous le dit ici haut et fort. Moi, une rançon sur les gondoles contaminées ne m'intéresse pas. Pas mon style.

Et en plus pour mes besoins politiques je veux
tout et pas pour moi. Pas des pouillèmes de vos dividendes, tout, avec ceux messieurs Auchan, Leclerc et le autres et pas pour les jouer au casino fut-il Hyper.

Il y a un passage dans le Préambule de la Constitution qui dit :

"
9. Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.".

La grande distribution n'est-elle pas (et les ententes illicites renforcent le propos) un monopole de fait ?

  



Aller hop mais pas de menues mesures.
Fi des 800 000€. Au moins soyons efficace.

C'est d'ailleurs pour cela que par sympathie je me sens plus proche des méthodes de mes camarades du midi, des antilles ou d'ailleurs.

"Ils partirent près de cent, mais par un prompt effort

Par milliers ils poussaient leurs caddies au dehors"

En plus, dans ce genre de bizness le plus dur ensuite ce n'est pas d'encaisser, c'est de redistribuer : faut ouvrir des comptoirs, trouver des bénévoles, s'assurer de leur probité (globalement acquises mais avec les RG infiltré, rappelez vous les Ripoux, on ne sait jamais). Et redistribuer sur quels critères ?  Urgence ? Quotient familial ? Et empiéter alors sur le boulot (le plus souvent excellent) des travailleurs sociaux,

Non, moi je préfère aller sur le fond : expropriation du capital, appropriations collectives, coopératives etc.

Pour 800 000€, je reste derrière mon claviers et ne sort, toujours collectivement, que pour battre le pavé.

 

Et dites à vos gendarmes

        Que je rirai aux larmes

                  S'ils viennent m'enquiquiner*

*salut Boris 

 


 
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article