Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La moutarde (suite) ou attention aux mots ET suite du 29

 
Intéressant communiqué de la CGT à propos de la suite du 29.

Cliquer sur le lien  Communiqué de la CGT sur la suite à donner au 29  pour lire sa déclaration




De nombreux ingrédients pour construire la suite mais aussi une observation sur les expressions publiques de mon syndicat et la confirmation d'un désaccord :







D'abord l'observation :
Ce communiqué est meilleur que cette surprenante  déclaration de Bernard Thibaud où celui-ci se marche sur les lacets quand, maladresse pour ne pas dire plus (reprise en, forme de citation par les dépêches d'agences) il déclare : "la suppression de fonctionnaires est inopportune"

Les mots ont un sens.  "Inopportun" : Qui n'est pas à propos, mal adapté aux circonstances.

Cela pourrait-il donc l'être dans d'autres circonstances ? 

Lesquelles ? A quel horizon historique ?

Cela au moment où vingt cinq ans de coupes clairs  dans les fonctions publiques désunifiées et les services publics produisent les dégâts que l'on sait.

Le mot juste n'est pas "inopportun" mais "inadmissible" et en plus d'être vrai, cela parle mieux et aide à la mobilisation.

Je ne pense pas que le Secrétaire Général de la CGT ait pu consciemment proférer une telle ânerie.

J'en conclu que pour être compris de ceux qu'on veut intéresser il faut parler clair et ne s'exprimer non pas comme à l'ENA sous prétexte que c'est le ton dominant mais parler comme dans son atelier.

Ce n'est pas forcement moins fleuri, c'est tout autant policé, et donc compréhensible par tous.

Revenir à Boileau évitera ces écueils :

"Soyez simple avec art" disait-il,

Il poursuivait avec son célèbre :

"Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairementet les mots pour le dire arrivent aisément"

Cela évitera des interprétations que je persiste à croire erronée.


 

Maintenant ce qui fâche :
Là où la moutarde reste active dans les fosses nasales, dans le communiqué comme dans  la déclaration de BT, c'est sur la tactique.

Pourquoi, pour être fort le 18 février ne pas appeler les salariés à se réunir dans les entreprises pour décider ?

Et ainsi ENSUITE proposer aux autres confédé de faire de cette date un objectif de mobilisation à si possible réussir la veille ou le jour même?

C'est quand même plus facile marquer des essais quand on à la balle et tous les joueurs de terrain engagés que quand l'adversaire se la conserve derrière la ligne d'en but ou encore quand se sont certains journalistes sportifs qui décident du match à la place des joueurs

Être à l'offensive, c'est ce qu'attendent les salariés dans les boites.

 

N'est-ce cela que demande les salariés du public ET du privés, en CDI CDD ou précaires, les chômeurs ? Quelle convergence possible avec les retraités, les étudiants et les salariés de l'université qu'ils soient personels techniques et administratifs, enseignants ou chercheurs ?

Va-t-on dans ce sens ?
Je ne le pense pas.
Alors que la colère monte et que tous dans leur espace d'intervention le font ou vont le faire savoir.

 

Pourquoi ces tergiversations ?
Est-ce parce que la CFDT  envisage un rassemblement de lutte le 17 aout 2010 à 22h47 à Romorantin pour contrer la mondialisation ou que d'autre le veulent aussi dans des formes différentes que nous maintenons la stratégie suicidaire de rencontre à venir autour des sigles plutôt que s'en remettre aux salariés pour assumer l'urgence revendicative ? 

Est-ce l'avis de la direction confédérale et là c'est un débat de congrès, cela tombe bien le CCN vient de le convoquer.


Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article