Fils de Garche et enfant de Pétain

Publié le 8 Février 2009

Après l'avoir pointé dans un précédent message (voir LI contre LU), je crois que devant la dérive inqualifiable des propos de ce Lefebvre, on ne peut ni ne doit rester silencieux.

Il est en passe de glisser de l'inutile à fondamentalement nuisible.

Ses débordement sont-ils compatibles avec les lois de la République?
 

Sauf à faire injure à Jacques Offenbach et à la mythologie grècque revue ou non par lui, comme il y a le prix citron, ou  autres stigmatisation du civilement incorrecte, ne faudrait-il pas descerner un "Label LN" (Lefebvre Nuisible) à tout ce qui de près ou de loin ressemble à ce qui suit :

 
Ce type de devoir "républicain" alimente les archives départementales du pays. On y trouve des trucs du genre de ceci: " le juif untel habite à telle adresse", où "le franc maçon x hégerge clandestinement le communiste Y", Mr Z syndicaliste en 36 imprime des tracts la nuit et reçoit des espagnols de passage" ou encore "le cheminots Martin ex unitaire fait passer en zone sud des gens que le maréchal a stigmatisé.

Le texte qui ci contre est de la même espèce que le Besson-Lefebvrement Korrect :

 L'histoire des années 40 à 44 est plombée de ce type de placets.




Et ce répugnant personnage a l'outrecuidance de révendiquer la réanimation de ces pratiques ?




Ils disent quoi? Que font ceux qui dans la majorité se revendiquent héritier du gaullisme ? Ils se taisent ? Tournent la tête ? ou décident de rester fidèles à leurs racines ?




Besson* va en tournée à Calais comme un Bousquet inspectaient l'étanchéité des rives de Loire. Les passeurs de ligne, que Vichy appelait à dénoncer, ont alimentés les listes de la déportation voir les pelotons d'exécution.

Ils sont devenus l'honneur du pays dès l'élimination de l'Etat français acquise.

Lefèbvre le nuisible le Besson félon : l'union autour du chef de l'Etat, contre les valeurs de la République.




Syndrome de la montagne à vache : elle parait paisible et policée mais dès qu'on dérape plus rien ne retient la chute vers l'abîme.

L'idéal serait que puisqu'ils y sombrent que politiquement ils y restent et mieux encore....y crêvent.

Boileau n'avait pas tord :
L'honneur
 est comme une île escarpés et sans bord :
On n'y peut
plus rentrer dès que l'on est en dehors.


* ce patronyme est fréquent, beaucoup de gens parfaitement honorables le portent et subissent l'avanie d'une promiscuité qu'ils n'ont pas choisit. L'un d'eux, syndicaliste avec lequel j'ai eu l'honneur de militer  à le même prénom que mon petit fils, c'est un grand monsieur qui ne compte pas son énergie pour ses idées, ses engagements. Raison de plus pour casser le félon et ses soutiens politiques. 
 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Coup de gueule

Repost0
Commenter cet article