Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

27 mai 2013- 22h45

http://img.over-blog.com/610x452/3/00/26/89/Cuisine-patrimoine/Echaude-rue-0047.jpg

 

FR2, FR3, la5, Arte, Canal, et la voie lactée journalistique (ne parlons pas du neurone initial), au moment où ce papier tente de sortir du clavier, c'est silence radiotélé (ou homéopathie médiatique) sur les 70 ans du CNR. Seul France 3 avec le télé film sur D. Cordier a tenté de relever le niveau.


Un temps Canaille le Rouge a cru que c'était par trouille d'une manif des pétainistes d'aujourd'hui que les partis héritièrs du vote des pleins pouvoirs avaient flanché.


Cela ne tient pas. Les moyens policiers, un lundi, pouvaient circonscrire tout risque.


La question reste pendante : alors pourquoi ce silence ?


A cause de la nature et de ce que portait ceux dont on commémore la première réunion ce jour.


Si la Canaille ne reprend pas l'image d'hier de Landru célébrant le 8 mars (cela a choqué un sien voisin dont le père fabriquait des cuisinières à charbon) transposons : Blummollet en direct à la télé avec discours appelant à faire vivre le programme du CNR, avec cortège médiatique rue du Four pour le faire savoir, c'est aussi impropable que Boutin au planning familial ou Morano à l'académie française.

 

Comment sans même parler de célébrer, simplement parler avec sincérité ce qu'on rejette.


Le frein, oui c'est la Trouille. Mais pas celle des marchés et de leurs hommes de main. Celle qu'un jour les français y voient clair en commencent à dézinguer les lanternes pour éviter les douleurs des mauvais calcul dans la vessie. 

 

L'extrême droite, antimatière de l'humanité, ne s'y trompe pas. Elle a engagé une opération pour profiter du désarroi que les abandons des promesses a semé dans le corps social pour imposer un déplacement durable des pôles poltiques et du centre de gravité du débat en engageant le concassage des idées républicaines.

 

Ce ne sont pas les valeurs putrides dont elle est porteuse qui fait grandir la réaction. C'est toujours les capitulations, renoncements et trahisons des porteurs de l'idée de gauche faisant la politique de droite qui fait le lit du fascisme. 

 

Au final, qui se frotte les main ? Le capital.

 

Le rabaissement de la journée du 27 mai leur dégage le chemin. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article