Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au risque de déplaire, voire de fâcher.




Pourquoi je n'irai pas le 06 mai rue Charlot ou si j'y allais, ce serait pour défendre les locaux syndicaux.

Parce que depuis le début je suis solidaire voir, à la limite de mes possibilités actuelles, partie prenante à leur lutte.

Parce que depuis l'occupation de St Ambroise je soutiens et suis présent avec les sans papier.

Depuis celle de St Bernard je soutien et suis présent avec les sans papier.

Parce que comme de nombreux camarades je ne compte plus les coups reçus par les flics et rendus pour les avoir soutenu voir protégé, comme je ne compte plus les conseils et mise en demeures de ceux qui envoient des texto de soutient depuis leur tapis de bain posés sur les plages de Normandie le weekend.

Parce que comme militant CGT je les soutiens comme à une époque, avec mes camarades cheminots de Paris Austerlitz et de l'UL du 13ème, toujours présente, nous avons été les premiers, il y a plus de vingt ans à organiser la solidarité avec les sans logis du quai de la Gare avant bien d'autres qui ont su se médiatiser mieux que nous. Parmi ces sans logis, déjà des sans papier, les premiers en tant que tels répertoriés. Nous étions déjà là, d'autres non. Pas grave.

Imagines-tu en 68 les gars de Renault occuper la Bourse du Travail ou la VO pour protester contre la vie infernale dans l'Ile Seguin ou à Flins? ou encoreencore, vingt ans plus tard les gars du chantier de l'Opéra Bastille en 85 occuper l'UL du 12 pour faire régulariser les gars embauchés au noir par les major du BTP ? Non, ils occupaient leur usine et leur chantier, la cgt avec eux déjà.Et des donneurs de leçon aussi et déjà.



Les sans papier, ce sont des salariés et le syndicat la CGT et ses militants, des travailleurs comme eux qui sont là pour aider (Quelques autres ont semble-t-il du mal à digérer les brochettes du 1er mai, mais leur texto fonctionnent dirait-on).

Les organiser c'est les prendre en otages ? Comme les cheminots prennent les usagers de la même façon lorsqu'ils font grève ?

C'est la CGT qui commande les charters ? Qui piège dans les prefs et commissariats ? C'est la CGT qui rafle dans les écoles ?

Qui prend en otage ? Les patrons et son gouvernement ou ceux qui les combattent ? Les RG ou ceux qui empêchent le flicage et travaillent à régulariser?



Ceux qui commanditent l'occupation rue Charlot {ceux qui poussent, pas forcement ceux qui ont été poussés) n'ont JAMAIS fait un jour de grève, JAMAIS occupé leur boites. L'histoire montrera qu'ils ont peut être des liens sociaux bizarrement lubrifiées. Il parait que ça se fait chez certains.

Le Medef est coupable ? Aller hop, j'occupe la CGT.
Hortefeux est un salaud ? J'occupe la rue Charlot.
En ligne avec Sarko, Parisot a du arroser cela.

{{Je ne suis pas d'accord tout le temps et en tout avec les orientations de ce qui est et reste mon syndicat. Y compris il y a eu quelques années dans la cgt un retard à bien prendre en compte toute la question des sans papier (l'UD CGT de Paris, qui justement prenait ses responsabilités a dit à l'époque ce qu'elle avait à dire et a fait ce qu'elle devait faire).}}

Une phrase d'Elsa Triolet que je répète souvent :"Les barricades n'ont que deux côtés" ; elle prend tout son sens dans la période.

Tel ou tel vedette du showbiz découvre le problème. D'accord. Mais faudrait qu'ils lisent leur propre presse syndicale (les liens entre travail clandestin et l'intermittence, cela à été déjà mis en évidence au point de mettre quelques ministres de la culture de toutes couleurs politiques en colère)

Mais outre qu'avant eux, d'autres artistes se sont un tantinet mouillés un peu plus et avec plus de jugeote pour cibler l'adversaire, où sont-ils ces braves gens d'aujourd'hui quand il faut se coltiner les tauliers ? Ils se sont couchés tard ? Les militants aussi pas pour avoir diné au restau, mais pour assurer les occupations.

Venir partager le repas dans un siège syndical "occupé" comme Giscard s'invitait dans les HLM. C'est médiatique, on passe trois fois à France Info avec un peu de chance on aura Pernault au journal de midi, voir PPDA au 20h00. Cela donne bonne conscience.


Puisqu'on fait souvent référence à mai 68 dans la période, Je n'ai pas entendu que ceux qui pratiquent cet exercice abandonnent leur cachet à la solidarité comme le faisaient les artistes en 68 qui venaient sur les piquets de grève :


En attendant de partir en tournée, certains disent soutenir les sans papiers. Vont-ils se mobiliser pour régulariser les gars qui montent leur chapiteau ou la fille qui à deux heures du mat va les servir au restau?

Donc, solidaire avec les sans papiers, je suis prêt à occuper entreprises, CCI, Chantiers, journaux, préfectures et autres bâtiments officiels, tout le reste ne sert que ce gouvernement et le Medef qui le pilote.

Voila pourquoi je n'irai pas rue Charlot.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article