Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la crise frappe toujours plus fort

C'est terrible. La chute des revenus salariaux plombe l'économie et des drames humains se multiplient. Les Echos nous apprennent que les smicards, les retraités et les salariés à temps partiel contraint ne sont pas les plus à plaindre et que dire de ces nantis disposant d'un statut protecteur où d'une convention collective?


Imaginez donc : Ce pauvre Bouton, vous savez le conseiller en gouvernance d'entreprise et par ailleurs cadre assez haut placé à la Société Générale, "Après la révélation des pertes colossales liées à l'affaire Kerviel, le conseil d'administration de la Société générale a décidé de supprimer sa part variable. Résultat, sa rémunération totale s'effondre de 62 % en 2007. Du jamais vu au sein du CAC 40", explique Les Echos.

 -62%. Premier réflexe, j'ai pensé prévenir le Secours Populaire.


C'est que là, les planchers s'effondrent : On est loin de la chute de 1,7% de la consolation des ménages relevé en mars par l'INSEE.


Et puis j'ai regardé la suite de la dépêche et le commentaire qu'en fait l'organe central de la boboïsation tranquille de la rive gauche, "Le Monde" :

"Le quotidien Les Echos a publié, mercredi 23 avril, une étude sur les rémunérations des patrons du CAC 40. Selon le journal, la moyenne de leur salaire - hors stock-options et actions gratuites - s'est établie à 2,26 millions d'euros en 2007, soit une hausse de 4,3 % sur un an".


2.26M€, on peut voir venir la hausse des pâtes et du lait.



Toujours de lla même dépèche : Durant cette même période, la progression des bénéfices totaux des entreprises du CAC 40 a été évaluée à 5 %. La croissance similaire des deux taux est le signe que les rémunérations patronales "progressent au même rythme que les bénéfices" des entreprises."On peut donc penser que le jeu des bonus, ces rémunérations variables que chaque société détermine selon ses propres priorités, permet de renforcer la symétrie entre salaire du patron et résultats de la société", précise le journal.


Ouf, ils sont sauvés.


Un peu de géométrie pour comprendre la dernière phrase de la citation : lorsque les profits montent la rémunération des dirigeants monte. C'est la symétrie selon un axe vertical.


Quand les revenus des deux précédents nommés montent, les revenus de ceux qui produisent les richesses et  qui réalisent effectivement  les résultats financiers baissent. C'est la symétrie selon un axe horizontal.


Or, ceux qui sont l'élite peu nombreuse du dessus de cet axe sont d'autant mieux servi que ceux d'en dessous , la masse des autres, ne le sont pas.


Avant de poursuivre, précisons deux ou trois points :  

Les 40 plus grosses capitalisations boursières Françaises cotées à la bourse de Paris (CAC40) versent un revenu moyen de 2.26 millions d'euros à leur patron. Soit 104 M€.

131 groupes et entreprises surfent en ce moment en tête d'un palmarès ou ils sont 770 à être côtés à Paris. Raisonablement la rémunération de leur patrons doit être un confortable coefficient multiplicateur du SMIC, en tous cas, ils n'ont jamais été repérés dans les files d'attentes des restau du coeur.

Par contre plus la symétrie se déforme  autour de l'axe horizontal, plus le nombre de ceux (en dessous de l'axe) qui sont contraints pour vivre de recourir à la solidarité augmente.

Plus ils gagnent, plus on perd et plus le temps passe, plus les richesses augmentent et la part pour ceux qui les produisent diminuent en proportion comme en valeur absolue.



Dédié à ceux qui prétendent construire l'avenir autour de la libre concurrence, du marché et à ceux qui ont décidé de ne plus s'attaquer au capital.


La question de l'appropriation collective des richesses et ressources va être pour les précédents mentionnés, avec eux, sans eux, ou contre eux, la question centrale du 21ème siècle.



 


Sculpture de Jean Baptiste Hugues,

l'homme et sa Misère

Paris, jardin des tuileries

l'oeuvre à... 101 ans cette année.

Toujours, hélas,  d'actualité.

 


Les barricades n'ont que deux côtés disait Elsa Triolet; chacun va devoir vite choisir son camps
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article