UIMM (suite) Les flibustiers ne sont pas que dans le golfe d'Aden

Publié le 8 Avril 2008


Les flibustiers ou les pirates ne sont pas que dans le golfe d'Aden :


PSA Peugeot-Citroën a reconnu lundi avoir reçu 550.000 euros de la "caisse de secours mutuel" de l'UIMM (patronat de la métallurgie) à l'issue d'une grève de six semaines en 2007 dans son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Mittal, PSA, leur UIMM comme les autres patrons de tous les secteurs économiques,  commencent d'abord par s'approprier la rançon et ils gardent les otages au travail, ils ne les libèrent pas, en tant que besoin, ils les jettent.

L'Union des industries et métiers de la métallurgie avait indiqué le 20 mars que sa "caisse de secours mutuel", environ 600 millions d'euros, avait profité à "deux ou trois entreprises en 2007", à hauteur de 574.000 euros.

Ne sommes nous pas là en plein abus de bien de sociaux ? Détournement d'actifs ? Blanchiments ?

La justice enquête en ce moment sur la destination de 19 millions d'euros, retirés en liquide de la caisse Epim entre 2000 et 2007 et pour lesquels l'ancien président de l'UIMM, Denis Gautier-Sauvagnac, refuse de donner le nom des bénéficiaires.

Que dirait-on et que n'a-t-on dit et fait pour sanctionner des élus de CE qui avait soutenu les luttes (repas gratuits et garderies des enfants de grévistes)? Tribunaux, inéligibilité, condamnation pour vols perquisitions, arrestations gendarmes. Tout a été bon.

Si M. DGS a la santé, il n'y est pas. La seule cellule qu'il connaisse avec ses comparses c'est celle de crise pour répondre à la presse.

Et là, ça se discute entre gens biens comme au rotary club en préparant le bal dés débutantes.

Un porte-parole du groupe PSA a déclaré lundi qu'"il y a bien eu un versement de 550.000 euros, par chèque, en ligne avec l'action de notre syndicat professionnel et en toute transparence", puisque la somme figure dans les comptes 2007 de PSA.

A la suite du mouvement à Aulnay, du 28 février au 10 avril 2007, "nous avons fait une demande écrite à l'UIMM pour obtenir une aide financière de solidarité compte tenu de l'impact économique de la grève, et l'UIMM y a répondu favorablement", a-t-il relaté.

PSA Peugeot-Citroën est l'entreprise française qui arrive en tête du palmarès des suicides au travail avec un septième décès d'une employée de 41 ans, mère de deux enfants, mise à la porte après dix-neuf années de bons et loyaux services au siège parisien. C'est son "DRH", Jean-Luc Vergne,qui est donné favori pour prendre la présidence de l'Unedic : sa nomination devrait être ratifiée par le comité des mandats du Medef.

Compétent l'agent : à chaque suicide, c'est un chômeur de moins à indemniser.

On comprend que le Medef ET son UIMM ait fait ce choix.

La CGT de PSA déclare "le groupe PSA qui s'est longtemps illustré par les entraves au droit de grève, la discrimination syndicale et le soutien à un syndicalisme-maison, n'a pas renoncé à ses anciennes méthodes pour casser les grèves". Elle "exige la transparence et l'arrêt de ces méthodes antisyndicales d'un autre temps", disant que "la coupe est pleine". Elle aurait même pu ajouter que les porte monnaies des métallos, eux, sont vides.

Certes mais au-delà de la riposte revendicative du ressort  du syndicat, quelles réactions de ces élus régionaux, nationaux qui sollicitent vos suffrages et annoncent qu'ils vont être vos porte paroles ? Quelles exigences ont-ils manifesté pour récupérer les sommes des abattements de cotisations sociales décidés par eux, qui vont directement alimenter ces caisses antigrèves ? A-t-on dû augmenter la pagination des journaux et bulletins officiels pour contenir leurs interventions?

Comment demandent-ils à ces entreprises de rendre les ristournes fiscales qu'ils ont octroyées à ces patrons ripoux? Quel silence tout horizons confondus. Vite !! Des pastilles des sirops ou des inhalations : ils sont aphones. Quelle interpellation du gouvernement ? Pourtant depuis l'indignation téléviso-spontanées préparée à l'avance de dame Parisot, ils ont eu du temps pour se bouger?


C'est quelques part la démonstration que la meilleur façon de récupérer ce que le patronat vole ce n'est pas de se choisir des émissaires pour demander le retour mais de s'organiser pour aller le chercher. 1968 à 40 ans. Laforce de l'âge

 

Rédigé par canaille le rouge

Publié dans #Nouvelles du front

Repost0
Commenter cet article