Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le jeu de go du capital est en place

De quoi les débats télévisés

sont-ils le nom ?

Le jeu de go du capital est en place

Quand le Politic' Fashion Circus installe son chapitaux 

Il y a quelques semaines Canaille le Rouge avançait l'idée que le tri sélectif parmi les ouvrables et maintenus fermés dans la palettes des activités humaines relevait moins de préoccupations sanitaires  que d'une volonté de modelage du paysage politique au format pré-électoral. Nombre de ses lecteurs lui avait fait alors connaitre leur perplexité devant une hypothèse qui leur parraissaient pour le moins hardie.

Voici ci dessous ce que La canaille proposait à la réflexion début janvier.

A la lumière de la soirée de ce 11 fevrier et corrigé des variations saisonnière, le fond des choses à -t-il bougé au point de démentir l'analyse ?  Pendant que le monarque envoit son peu recommandable champion sur la 2 pour reconnaitre le statut de challenger de la Führerin repoussoir  choisie  pour refermer le piège, C8 (Vivendi connexion) en accès sur la TNT pour être sûr d'arroser large agite la breloque bruantesque pour amuser la galerie.

Cinq semaines plus tard, Canaille le Rouge persiste et signe :

"... Pour cela, prendre des mesures vexatoires. Caresser les parcs d’attractions, la grande distribution voire les églises dans le sens du poil en leur accordant indulgences plénières et privilèges, étrangler le petit commerce et prendre des mesures stigmatisant le sport de masse et ses supporteurs tout en garantissant les recettes publicitaires. Lengrais à faire pousser le chiendent fasciste n’a plus qu’a être répandu sur le terreau de la colère ainsi alimenté.

Avec au passage l’occasion pour la réaction d’enfin pouvoir régler leur compte à ces outils de contestation systématique que sont les lieux de culture. « c’est le virus qui les tuent ma brav’dame! Pas nous ». Coup double dans la partie de billard, écraser les espaces de progrès et faire croître ceux de la réaction. Pour ne pas avoir avoir à s’en expliquer, dame bachelot a certainement du partir reconnaître à pied le parcours du paris dakar. Cela explique une absence médiatique à laquelle pourtant elle ne nous a pas accoutumé.

Les lourds silences des comptoirs et des tiroir-caisses sont encore plus tonitruants que quand ils cliquettent ; ceux qui les manipulent ont d’habitude moins de temps pour mettre sous pression fûts et percolateurs de leur colère poujadiste. Dès lors, elle peut se rependre, elle gronde. Et dans ce milieu de quasi notables de proximité cherchant historiquement à approcher de la rente et ne garder le populaire que pour alimenter son bas de laine, cette colère alimente les conditions d’un vote protestataire d’extrême droite garantissant à sa candidate au moins la deuxième place.

Et cela sert bien les intérêts du ludion -parait-il énervé – de l’élysée.

Est-ce coïncidence calendaire ? Mais peut-être cela explique-t-il la raison de la rencontre -souhaitée discrète (mais c’est raté) – entre le porte plume du régent du capital et la nièce de la führerin.

La suite devient stratégiquement limpide : 

« dans ces conditions, pourquoi se précipiter à soigner les gens ? Gardons juste le cap pour faire que le plateau de contagion soit en frise  avec la capacité d’accueil en hôpital, cela évite de céder à l’exigence de réouverture de lits, justifie les mesures attentatoires aux libertés constitutionnelle et maintient la force de travail à la production. Alimentons la peur d’une nouvelle vague comme n’étant pas du cinéma ».

En plus, le témoins assisté de beauvau y veille, cela justifie de maintenir les mesures verrouillant l’expression de la colère sociale en corsetant et réprimant toute expression démocratique.  

Cela est posé non pas comme rumeur complotiste lasérisée par l’alignement des planètes mais par une construction qui se veut cartésienne et qui peut et doit, si elle révèle fausse dans ses points d’appuis, être contestée.

Mais Alors, que cela soit clair et rapide parce que si c’était la réalité, au plus vite rassembler pour lutter. Pas sur le terrain de 2022 que labourent la cohorte des hors-sols, mais sur celui de 2021 et la réponse immédiate aux exigences populaires de santé, de protection sociale, de conditions de vie et de travail, de salaires et d’emplois pour quitter le domaine de l’alternance pour s’engouffrer dans la voie d’une vraie alternative.

Avec l’urgence de se doter d’outils politiques qui font cruellement défaut pour mener..."

Oui, persiste et signe, dernière ligne en particulier.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article