Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Petit moment d'histoire. Connaissez vous Roger Langeron ?

Il y a 80 ans,

l'organisation de la répression 

A la prefecture

de Police de Paris

Scan (de mauvaise qualité) de l'article du petit parisien du 29 nov 1940 (quotidien collabo dont la rédaction  a su fort opportunément se "libérer" aux alentour du 24)  rendant compte de l'arrestation de Claude Lalet et une quinzaine de ses camarades .

Scan (de mauvaise qualité) de l'article du petit parisien du 29 nov 1940 (quotidien collabo dont la rédaction a su fort opportunément se "libérer" aux alentour du 24) rendant compte de l'arrestation de Claude Lalet et une quinzaine de ses camarades .

Dans la même édition que l'article rendant compte de la conférence de Rosenberg vantant les valeurs raciste du nazisme*, en page 3 figure l'article ci dessus.

Il fait état de l'arrestation de Claude Lalet et de 16 de ses camarades le 28 novembre 1940 par les services de Roger Langeron Préfet de police de Paris. maintenu en place par décret du 16 juillet 40.

Claude Lalet responsable de l'union des étudiants et lycéens communistes est un des organisateur de la manifestation du 11 novembre 1940, il sera un des fusillés du 22 octobre 1941 à Chateaubriant.

Le parcours de Langeron est édifiant :

Durant l'hiver 1939-1940, il fait mettre en place les organes spécifiques de la lutte anticommuniste auprès de la police militaire et des renseignements généraux : les sinistres brigades spéciales des RG .

Il est aussi à l'origine de la création d'un groupe de policiers chargé de traquer les gaullistes, il s'illustrraensuite par des actes de répression contre les premiers résistants de la Préfecture de Police, appartenant au groupe du « Coq Gaulois », lesquels seront livré aux Allemands par Langeron en 

Jamais en retard d'une crapulerie, Henri Amouroux, sa façade d'historien effondrée, celui qui se révèlera un anti communiste pétainiste acharné (un de ces théoriciens du "moindre mal" du mensonger "Pétain bouvlier qui sauvera les juifs français")avant d'être démasqué, reprochera à Langeron d'avoir été trop visible avec ses BS de la PP qui selon lui ont permis au Parti Communiste de prouver que les communistes combattait vichy et l'occupant dès l'hivers 40 41*.

Entre les hyènes existent des rivalités de notoriété. Démasqué  Amouroux ne sera jamais académicien.

Maintenu en place par décret du 16 juillet 40, le 30 aout Langeron a une rencontre  avec les autorités allemandes pour une collaboration anticommuniste quotidienne.

Le 13 septembre 1940 Langeron adressera au Dr Kiessel (qui n'avait en rien alors solicité la PP ) un premier recennsement des juifs.

En octobre 40 après la promulgation des décrets antisémites de Pétain, Langeron nomme François Jean, antisémite notoire et pour ces compétences en la matière, directeur du service juif de la PP. (voir "La non épuration en France -Annie lacroixRiz - pages 215 à 227)

Après la guerre dont il sortira sans encombre grâce à diverses protections plus ou moins occultes dont un étrange chassé croisé de cartes d'identité ancien modèle "1943" et papiers en blancs antidatés parmi le fait que outre cette "virginisation" de leur état civil, "206 commissaires divisionnaires secrétaires et inspecteurs de BS des RG perçurent 2 711 080 francs remis dans la 2eme semaine d'aout 44".

Langeron sorti des écrans radar se retrouvera un peu plus tard à la tête de la société de l'Ouenza, une entreprise sidérurgique. Pour en mesurer la taille, celle-ci disposait après la guerre d'un ensemble capable d'embarquer trois millions de tonnes d'aciers spédciaux par an destiné à Ugine, avec un parc de stockage d'un million de tonnes. . 

Cette société était la dixième entreprise française par la capitalisation en 1949 et la première d'Algérie.

Bref Langeron n'y était pas à casser des cailloux dans un bagne du sud saharien. Le capital sait reconvertir les cadres qui l'ont si bien servi , Papon en est un autre exemple ...dont le procès mettra en lumière... le rôle d'Amouroux.

Que le monde de la collaboration est petit malgré toutes ses ramications.

Mais le meilleur est pour la fin :

Ce criminel de sang froid aveuglé par son anticommunisme gagné par l'antisémitisme, trouvera un vert habits de reconversion en étant en 1960 élu à l'académie des sciences morales et politiques. vous avez bien lu.

Lors de son arrivée, c'est Emile Miraux qui préside la docte assemblée. Ce Miraux votera les pleins pouvoirs à Pétain en 40, sera ministre de l'instruction public dans le 1er gouvernement Laval.

En 1960, 20 ans après, mais sans Dumas, l'homme qui fera arrêter Claude Lalet en 40 sera accueilli par un membre de la camarilla pétainiste qui livreront Claude lalet aux allemands pour qu'il soit fusillé en 41.

 

"Académie des sciences morales et politiques" , voici l'autodescription donne d'elle cette noble institution :

"L’Académie des sciences morales et politiques a été fondée en 1832 au sein de l’Institut de France afin de proposer une information fiable et un avis raisonné sur les débats et les enjeux qui intéressent l’avenir de la société. Son champ de compétence couvre tout ce qui se rapporte à l’humain, que celui-ci soit considéré dans sa dimension individuelle ou collective. La philosophie, la sociologie, le droit, l’économie, l’histoire et la géographie sont les principales disciplines représentées en son sein. Composée de cinquante membres élus, parmi lesquels se mêlent universitaires et acteurs de la vie politique, économique, judiciaire, sociale ou culturelle, elle offre un espace de discussion où peuvent se croiser librement les points de vue, dans une commune exigence de rigueur intellectuelle."

Vu le profil de Langeron, et de son président lors de son arrivée, permettez à Canaille le Rouge de s'interroger sur la sincérité de la profession de foi... et de l'utilité d'un tel outil en période de restrictions budgétaires

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article