Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Brodequins du 21e siècle. Ou le retour de la question préalable.

 

Comment casser la vie associative

pilier de la démocratie.

Les Brodequins du 21e siècle. Ou le retour de la question préalable.



Telle la progressivité des tortures infligées lors de la question préalable en usage il y a plusieurs siècles, le gouvernement via son ministère de l'Intérieur lequel comme chacun sait est le sanctuaire où sont précieusement gardées – au besoin en usant de la force – les valeurs démocratiques, le pouvoir telles l'inquisition ou la haute justice monarchique tente d'insérer des coins dans des brodequins réglementaires pour plier les associations aux exigences gouvernementales.

Cela au nom d'une lutte contre l'infiltration de velléités terroristes dans les associations,

Les textes en discussion au parlement soulèvent un légitime vent de colère parmi celles-ci. Il est aussi indispensable qu'urgent de s'investir dans ce combat à leur côté.

Tant par la droite au pouvoir que par les représentants des autres droites faisant de la surenchère, un mille-feuilles de dispositions liberticides s'empilent, le rejet de celles le plus outrancièrement caricaturales permettant de faire passer celles les plus insidieusement dangereuses, notamment le "contrat d'engagement républicain".

L'exigence portée par cette obligation pour qui veut bénéficier des aides publiques – de droit jusqu'à présent – dispose vouloir structurer les relations entre les associations et le pouvoir en instituant une tutelle préalable par "le haut" sur les contenus appréciés depuis l'autorité (ministère préfets, voire éventuellement les collectivités territoriales complaisantes) pilotant ainsi à priori l'activité des associations en substitution des contrôles à posteriori des actions associatives. C'est intolérable. 

Responsabilité historique expression de la nature démocratique de la République, l'octroie de moyens de fonctionnement (subventions, hébergement, assistances techniques), ne peuvent être des leviers aux mains du pouvoir pour peser sur l'activité des associations. C'est au cœur du contrat établi en 1944-45 pour refonder la république et chasser les pratiques mises en place par l’État fasciste de Pétain que la loi de 2021 tente de remettre en place.

Les protestations s'organisent. Dans un communiqué nombre de fédérations culturelles d'éducation populaire mouvement de jeunesse déclarent  :
Le "contrat d'engagement républicain" que veut mettre en place le gouvernement. Alors que jusqu'à présent le contrôle à posteriori du bon usages des aides et moyens étaient la norme validées par diverses conventions entre le monde associatif et l'état, celui-ci veut inverser la démarche en installant une sorte de brevet préalable de conformité républicaine qui comme le dit la déclaration des fédération d’association rendue publique cela rappelle de très mauvais souvenirs dans l'histoire mouvementée de la liberté de s'associer : ceux des régimes de contrôle a priori du droit d'association instaurant une méfiance généralisée, bridant l'engagement des citoyens".

Disons-le clairement, c'est avec cette tutelle préalable et une sorte de serment d’allégeance à ses principes défini par l’État, une négation de la République, avec ce retour de Vichy, il s'agit purement et simplement de la mise sous le boisseau des libertés associatives fondamentales. 

Sentiment renforcé par ce que ces mesures, si elles s'appliquent aux associations laïques – continuité des pratiques gouvernementales -- celles-ci épargnent curieusement l'espace cultuel qui n'y serait pas soumis alors que tant l'exposé des motifs que les réalités le montre, les pratiques radicalisées proviennent dans leur quasi totalité des dérèglements  idéologiques  en leur sein.

Dans un communiqué (voir lien ci-dessous) le mouvement associatif argumente contre et dénonce la tentative de mise sous tutelle des associations lieux privilégiés de formation, espace concret de la démocratie environnement permettant le développement du civisme et des solidarités.

https://lemouvementassociatif.org/wp-content/uploads/2021/01/LMA_synthese_PJL_principes_republique.pdf

https://lemouvementassociatif.org/examen-du-pjl-principes-de-la-republique-mobilisation-des-associations/

N'est-il pas urgent d'élargir le cercle du refus et d'en faire une des pierres angulaires de la construction du rempart à opposer aux visées liberticides du pouvoir ? Faire que ces ambitions buttent sur ce qui sera aussi une pierre d'achoppement et serve ainsi aux forces démocratiques de point d'appuis pour la reconquête des espaces rongés par les pratiques policières liberticides du gouvernement ?  

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article