A PROPOS DE LA VACCINATION ET DE SES RISQUES ET ACQUIS.

Publié le 5 Janvier 2021

REPOSER SES PIEDS

BIEN CALES SUR LE SOL.

Pendant que a Canaille pianotait ce qui suit, l'info ci-dessus c'est affichée sur son écran. Il y a de suite installé son grain de sel.

Pendant que a Canaille pianotait ce qui suit, l'info ci-dessus c'est affichée sur son écran. Il y a de suite installé son grain de sel.

Commençons par afficher un parti pris.

1) Canaille le Rouge se bat contre ce qu'on nomme par raccourci Bigpharma - qualificatif permettant à certains de ne pas dénoncer globalement le capital - symbole de la marchandisation de la santé sur le dos des malades et des budgets publics de la santé, mais aussi symbole de l'abandon au capital et à la rente du secteur public de la recherche médicale installé et financé en France depuis la Libération.

2) Canaille le Rouge s'affiche pro-vaccin et avec divers arguments personnels dont deux ou trois essentiels tiré de sa propre expérience:

  • Né à l'époque où le BCG s'il était massif il n'était pas obligatoire, il a été un des seuls à passer au travers des séjours en préventorium où durent partir nombre de gamin.e.s parmi ses proches à qui il n'avait pas été inoculé. Sachant que c'est dans les quartiers populaires d'habitats insalubres que la tuberculose faisait le plus de ravage.
  • Pour avoir vu fin des années 80 mourir du Tétanos une personne non vaccinée. Mais avant, outre le souvenir de 3 copains d'école équipés d'armatures en fer et en cuir, séquelles de la polio qui leur permettait tout juste de se mouvoir mais pas de vivre comme vive des gamins de 10 ans, leur interdisant tout jeux collectifs, puis les dégats de la rubéole chez les femmes enceintes, cela l'a mobilisé définitivement contre tout refus des traitements vaccinaux à titre préventif.

Si le Tétanos ne se transmet que par plaie souillée, la polio dans des eaux pollluées, la tuberculose comme la peste ou la COVID se transmettent par contact et partage d'espace. D'où historiquement le premier reflexe de type quarantaine, lazaret ou maladrerie.

On peut être en bonne santé et transmettre le virus. Cela a été le cas avec la tuberculose (bacille de Koch) que des gens non malades transmettaient à des plus vulnérables la littérature regorge d'exemple.

L'égoïsme social commence là : soit on accepte d'être transmetteur soit on participe au blocage. Là est le cœur de la question.

Ensuite un rappel :

La thérapie en question dans les vaccins "ARNm"n'est pas le fruit de quelques docteurs Follamour,gourous d'une conspiration de la rente (même si elle s'en nourrie) mais elle nait au grand jour au sein du Service Publique de santé en France des travaux valant le prix Nobel de médecine 1965 reçu par les français Monod (un des défenseurs du droit des femmes au procès de Bobigny)  et Jacob  (Compagnon de la Libération, 2e DB, prof au collège de France) et leurs équipes de chercheur de l'INSERM, du CNRS de l'Institut Pasteur etc. Ils mettent en évidence l'existence de l'ARN, sa structure et son rôle ainsi que celle l'ADN... Cela va porter toutes les avancées médicales et thérapeutiques que cette découverte va permettre. Pas exactement des apprentis sorciers stipendiés par le grand capital.

En rappelant que la volonté ici de clarifier peut demander des ajustements et précisions, le "messager" qui acccompagne l'ARN en cause est nommé ainsi par la capacité de transfert et de synthèse de protéines permettant de modifier, ici Vaccin COVID- par intervention humaine programmée en, installant une méthode scientifique sur ce que la nature sait faire depuis l'existanece de la vie et ayant structuré l'évolution pour influer, contrer des effets négatifs sur la santé ou corriger des effets héréditaires. Cette intervention permet d'agir pour aider à réagir face à des agressions.

Toutes celles et tous ceux qui depuis des années donnent au Téléthon participent à financer ces recherches là. Le séquencement du génome humain pour soigner les maladies rares - dont - exemple flagrant la mucoviscidose - participe de la même recherche.

Que ceux qui refusent le vaccin et ont donné, donnent et vont donner pour le téléthon nous disent ce qui pour eux fait différence.

Parmi les détracteurs de la vaccination pour cause de risque mal connus, nombre de ceux-là parlent de "doute préventif" devant le manque de retour d'expérimentation. Mais cela n'a jamais effleuré leur esprit que lors de leur première mise sur le marché, les rayonnements ionisants de leur micro-ondes ou téléphones portables n'en avaient pas bénéficié non plus ? Cela les a-t-il empêché lors de leur apparition de se ruer dessus, dès que possible,  voire d'en revendiquer installation ou fourniture dans le cadre de leur travail à coté de la machine à café , prenant alors en absence de retour d'expérimentation des  éventuels risques - si risques non estimés il y avaient- pour eux, leurs collègues, voire toute leur maisonnée ?

En ajoutant que concernant leur famille, ils se sont empressés d'en doter leur cuisine (micro-onde) puis leur progéniture (téléphones) pour vérifier à quelle heure il rentrait bien de l'école.

Autre argument. Attendre confirmation de la sécurité à 100%. Les détracteurs de la vaccination, n'ont-il jamais eu autour d'eux connaissance de morts par le gaz, par le monxyde de carbonne, de gamin.e.s, voisins, collègues, électrisés voir électrocutés ? Doit-on pour cela interdire le gaz et l'électricité  parce que pas sur à 100%?

Idem pour les piscines, vélos, toutes activités sportives, voire les ascenseurs et autres moyens de déplacement.

Après la catastrophe d'Argenteuil  (21/12/1971) et ses 21 morts, on a interdit le gaz et rendu l'électricité obligatoire dans tous les IGH. Est-ce une atteinte intolérable à la liberté de prendre le risque de s'asphyxier ou de faire sauter le quartier ?

Bouder le vaccin pour cause de Bigpharma ? (souvent de la part de ceux qui ne voient pas l'interet d'exiger la mise sous contrôle public total de toute l'industrie pharmeuceutique voire militent des des partis et organisation qui en ont abandionné l'objectif) c'est se mettre dans les plis de la mort de Corne d'Auroch si bien brocardé par Brassens :

Qu'il avait un petit cousin, ô gué! ô gué!
Haut placé chez les argousins, ô gué! ô gué!
Et que les jours de pénuri', ô gué! ô gué!
Il prenait ses repas chez lui, ô gué! ô gué!
C'est même en revenant d'chez cet antipathique,
Qu'il tomba victim' d'une indigestion critique
Et refusa l'secours de la thérapeutique,
Corne d'Aurochs.

Parc' que c'était un All'mand, ô gué! ô gué!
Qu'on devait le médicament, ô gué! ô gué!

 

Faut-il alimenter ces grandes peurs de l'an mille pour laisser le virus continuer de décimer les populations ?

Rappelons-le de nouveau ici, et les chiffres font frémir, ils peuvent être très facilement vérifiés.

  • Au 15 décembre 2020, en moins de 12 mois la COVID avait fait plus de mort que la totalité des victimes des persécutions nazies en France d'octobre 40 à août 44.
  • Au rythme où vont les choses, à la mi-février il va atteindre le chiffre des victimes de la répression sur la même période.

Comment s'extraire sans traitement de masse de ces terribles références statistiques  ? Quelle autre solution que la vaccination ?

Accepter comme une fatalité la mort des plus vulnérables ou (et) des plus agés qui vous ont légué un système de protection sociale que par ailleurs nombre des actifs du moment ne défendent plus ? C'est  adhérer au songe d'Attali (jacques), le socialocrate capitalophile( pléonasme!) qui depuis 30 ans tient ce langage devant tous les micro.

Garder ad vitam éternam une organisation sociale sans loisir ni espace et temps d'épanouissement physique et culturel, sans lien social, esclavagiste, cela au nom d'hypothétiques jours meilleurs alors que le capital par ses choix gouvernementaux entretient l'aubaine pour en tirer tout le jus ?  

Quelle reflexion théorique progressiste et humaniste peut-elle sous-tendre celà ?

Message personnel (ou du moins plus ciblé) quel révolutionnaire peut-il-elle tenir un pupitre dans l'orchestre jouant cette partition là ?  

Dès lors, simultanement mener la lutte politique contre ceux qui pour masquer la casse de notre bouclier sanitaire et de protection sociale indispensable, pour nourrir les profits ont laissé sans rien faire se propager la pandémie ? C'est évident.

Mais vouloir les "punir" en leur donnant les arguments justifiant leurs choix - sachant que les caciques du capital,  leurs ayants droits, valets et séïdes sont à la manoeuvre pour se trouver des filières privilégiées d'accès aux traitements - et donc en masquant leur responsabilités, celle d'une classe voguant sur les "eaux glacées du calcul égoiste", c'est indigne de quiconque se donne comme objectif d'extraire notre pays du prima de la rente par l'exploitation et casse de l'humanité.  

05 janvier 2021 21h30

Repost0
Commenter cet article