Pendant que Jupiter va causer dans l'poste

Publié le 14 Octobre 2020

 

Lou ravi de la crêche,

garde-champêtre du bronze cul, 

s'étale dans les média

 

Quand le prédicateur masque les vendeurs d'indulgences (images fauchée sur Médiapart de ce jour)

Quand le prédicateur masque les vendeurs d'indulgences (images fauchée sur Médiapart de ce jour)

Pour réussir à convaincre, il va leur falloir contenir les folies chizophréniques gouvernementales, celles de leurs bateleurs comme celles de leurs sonneurs de vêpres.

Pour y parvenir, va-t-on devoir d'urgence arrêter de produire des masques pour fabriquer des camisoles de force ?

Exemple par la pratique gouvernementale : 

A coup sûr vous ne connaissez que lui. Le secrétaire d’État chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne. Une sorte d'hybride génético-politique d'une Sibeth Ndaye et du porte saccoche des transports - maintenons  hybride et non avatar copulatoire tant hors respect de ce qui n'est pas du domaine public, hybride peut autoriser de résultat portant chance d'être moins pire -  ce Lemoyne donc est un joyeux drille. Certes un peu fantasque et franc-tireur par rapport à son collègue de Beauvau. Cela foit être le poste qui veut cela.

 Alors que c'est la panique dans les hôpitaux, que les transports sont en total désorganisation par refus de leur donner de vrais moyens humains et matériels, alors que les étudiants ne peuvent suivre leurs cours, que les enseignants ne savent à quel masque se vouer pour protéger leurs élèves et se protéger, parlant de la "saison touristique" - vous savez, ce qui fait de notre pays le bronze cul de luxe de la planète - ce J-B Lemoyne dans un prêches médiatique annonce : « Nous allons tout faire jusqu’à Noël puisse se dérouler. Et j’incite les Français à réserver pour les vacances de la Toussaint," . Déclaration faites à  l’Agence France Presse au sortir d’un "Comité interministériel consacré au secteur (CIT)". Cela au moment où autorités médiacles, préfets etc., sonnent le tocsin, déclarant l'urgence sanitaire en pleine remontée en puissance de la Covid-19.  

Et notre Ravi de la crêche d'inciter les Français à réserver pour les vacances de la Toussaint donc maintenant quand, dans le même temps, un couvre-feu est envisagé face la reprise épidémique qui monte depuis plusieurs semaines.

Imaginez les discussions dans les salons de thé de l'avenue Montaigne : 

"Et vous mâa chèèères,  posés vos chrysanthèmes, le couvre feu, vous le préférez à Courchevel, au Touquet ou à Deauville ? Evitez donc le sud-est  : St Trop la nuit y arrive plus vite qu'à Dinard ou à la Baule ". 

Repost0
Commenter cet article