De la relativité politico répressive.

Publié le 30 Octobre 2020

A partir de faits et de mots,

des déclarations publiques

des procureurs,

des actes

des préfets.

 

De la relativité politico répressive.

Dans ce climat de violence théofasciste ou l'horreur met tout le monde à cran, Il faut à la fois combtattre tous les auteurs, traquer ceux qui alimente les appels au meurtre et ne pas ceder au tourbillon sécuritaire dont tous les aspects conjugués portent un danger mortel pour la démocratie.

Un assassin passe à l'acte au point de se faire abattre par les forces de l'ordre.

S'il a brandi un couteau (Nice), d'entrée dit le procureur c'est un terroriste.

S'il a sorti un 7.65 (Avignon), c'est dit le procureur un déséquilibré.

Si le déséquilibre porte la tenue d'une organisation nazie et est répertorié sur ses tablettes, c'est la preuve que c'est un déséquilibré, s'il porte une Djellaba c'est la preuve que c'est un terroriste.

Une organisation défile en appelant à "décapiter la république", la très fasciste Action Française a pu le faire ce 29 octobre 2020 sous la protection de la police et aucune poursuite par la justice.

Si une organisation défile en demandant des moyens pour les services public de la République ses militants reçoivent les coups de matraques et les lachrymos de la police de la dite république et les militants sont convoqués au tribunal.

Ainsi fonctionne la macronie pour faire la pige à la Haine tout en continuant de commercer avec les banquiers de la Haine lesquels sont les clients et amis du Macron's band et du lobby militaro industriel.

Repost0
Commenter cet article