Les impérialismes à la manoeuvre

Publié le 20 Août 2020

 

Qui sème la ruine

récolte les vermines.

 

Les impérialismes à la manoeuvre

Le travail de sape de l'impérialisme dans le 20e siècle, un temps stoppé par la lutte contre les forces de l'axe et leur pratiques génocidaires, aidé par l'incapacité des démocraties populaires - nées de la victoire sur le fascisme - à rester populaires et démocratiques pour endiguer ces attaques, la mise en place de nomenklatura qui seront le berceau des futurs oligarques ont crée un champ de ruine que le capital pouvant ainsi devenir total et mondialisé s'est emparé pour le dépecer et se répartir ses restes.

l'explosion de l'ex URSS en a été un des terrains d'experience. Jusqu'à présent les ex apparatchiks oligarques par des pratiquess dignes des républiques bananières du jardin privé des USA avaient réussi à se maintenir au pouvoir. La colère des peuples, l'absence d'outil politique pour combattre l'oligarchie capitaliste  permettent des opérations de types "révolution orange" testées avec succès en Ukraine et devenues pour la coalition des impérialisme occidentaux, avec des adappations géolocalisées.

Outils de combat ici pour abattre des régimes démocratiques (amérique du sud) refusant leur diktat, là des constructions disposant de moyens médiatiques et relais pour mener un travail de sape politico économiques aux mains des autres formes impérialistes.

Avec pour objectif formater la planètes au gré des exigences des marchés financiers poussant par tous les moyens - confirmation de la justesse des thèses de Gramsci sur la nature réelle du fascisme outil des marchés financier englués dans leurs crise - pour établir son talon de fer sur tous les peuples de la planète.

 

Cela prend de multiples formes : ici c'est l'espace céder à la Turquie pour transformer le plateau anatolien en gigantesque prison quadrillée par les milices d'Erdogan, là c'est l'accord de coopération entre Israël et les Emirats Arabes Unis pour tenter de construire un blocus permettant à terme d'agresser directement l'Iran ET permettant à Israël de liquider la question des droits reconnus internationalement du peuple Palestinien. C'est le feu convergent contre la chine et donc les soutiens après avoir aider à leur mise en place à toutes les dictatures du pacique et de l'Orient, le soutien au vélléité de renaissance de l'impérialisme japonais.

C'est la Françafrique gendarme du Sahel et protecteur des intérets des grands goupes du complexe militaro industriel, la france un des leader de la vente d'armes pour asservir les peuples .

.

 

C'est l'UE qui tolère et donc encourage en son sein tous les négationnisme et pratique fasciste qui devrait normalement conduire à l'expulsion de ceux qui y ont recours mais montrant ainsi la faillite de ce congloméra antidémocratique au service exclusif du capital. 

C'est à l'aune de ce tableau trop rapidement brossé et en mesurant combien l'impérialisme US qui se veut le fer de lance de l'impérailisme occidental est affaibli mais d'autant plus agressif qu'il faut regarder la crise qui traverse la Biélorussie.

L'éffondrement qui a suivi la désintégation de l'ex URSS a mis en place des pouvoirs aux mains d'oligarchies prédatrices alliant un nationalisme exacerbé, des pratiques racistes, des appetit géopolitiques pour annxer et remodeler les frontières, des "justificatifs" sur fond d'intégrisme religieux de toutes les sectes présente de la bible et ses produits dérivés. Minsk comme Kiev, Tachkend  ou Samarkand ne pouvait laisser indifférent.

Un espace s'ouvre pour l'impérialisme occidental pour avancer ses pions.

La coterie au pouvoir en France, à partir de son passé colonial au moyen orient (Syrie Liban) ou en Afrique ou de ses relations historiques avec la Russie se parfume d'y jouer un rôle démontrant l'ambition du locataire de l'Elysée (actualité du Mali) d'exercer son droit à rester dans le club fermé des impérialismes dominants.

Les impérialismes à la manoeuvre

Face à cela, pour les démocrates de notre pays, aucune sympathie pour le pouvoir en Biélorussie, aucune justification à le soutenir, rappeler que la France reconnait les Etats mais pas leur régime.

C'est d'autant plus important à redire qu'à voir qui soutient l'opposition à ce pouvoir bielorusse, entre les négationnistes baltes, les néofascistes polonais et toute la réaction mondiale dont ce choeur venu de France, le rejet du premier interdit de se ranger de près ou de loin derrière une autre réaction pantin d'autres oligarchies.

Repost0
Commenter cet article