Goupillonnades, idées glauques et tendances lourdes du régime

Publié le 16 Août 2020

 

Une semaine du 15 août

plus que révélatrice

 

Goupillonnades, idées glauques et tendances lourdes du régime

15 août, un des points fort de cathoscénie a été l'occasion pour les média de s'exstasier devant ces prières de rue mobiles non masquées et sans aucun respect distance barrière. La part ultra-réac de la pensée catholique affichant ostenciblement sa volonté de non-respect des lois et décrets de la République. 

Les dignitaires de l'église ont eu le droit de les'organiser quand tout autre rassemblement reste sous le pli de textes limitatifs, coercitifs quand ils ne sont pas interdits par les préfets dépéchant force de police pour nasser, gazer et interdire toute expression de citoyenneté républicaine.

Cela se produit juste après qu'en violation de la loi de 1905 le ministre des finances publiques en titre,  se rende en déplacement officiel dans un des bastions la pensée irrationnelle pour dire aux autorités éclésiastiques locales que l'argent publique qui manque cruellement pour l'éducation populaire ne fera pas défaut pour garnir les troncs diocésains, soutenir l'économie catho-réac et sa production d'opiacés idéologiques certifiés.

Dans le même temps, se targant de l'assistance de Touthenmacronaparte, le ci devant Villers, marquis de la vendée chouanne, obtient d'un préfet peu enclin à faire appliquer dans la commune Des Epesses les décisions drastiques qu'il sait fermement faire appliquer ailleurs pour casser toutes actions culturelles, sociales, sociétales non religieuse. C'est qu'une arène n'est pas un rond point, une jauge de sécurité ne s'applique qu'aux manifestations revendicatives et pas à la biilletterie du plus grand employeurs au noir de l'ouest de la france (Ôh ! Combien le mot bénévolat est un masque homologué de la fraude sociale et du clientélisme).

Cela se fait sans violence physique apparente, au nom de la liberté conscience qui n'est ainsi admise que pour la part la plus réactionnaire des croisés et de la guerre sainte. Ce qui ne retire rien à l'extrême violence antirépublicaine qui sévit dans certaines parties du territoire de la république suingulièrement en matière scolaire.

Rappeler  ces faits n'est pas pour brandir la pique des sans-culotte mais juste pour montrer combien l'offensive ultra réactionnaire tentant d'instaurer dans tous les espaces de la société française une forme revisité d'un fascisme où Salazar fait socle, Thatcher égérie, Erdogan épouvantail complice, Trump horizon et Macron porte-bidon de luxe de ce peloton putride.

Avec toujours derrière, pour financer, héberger, encourager, sponsoriser, les grands groupes industriels et financiers, leurs relais médiatiques en situation de quasi monopole. En ela le propos de gramsci se confirme le fascisme c'est dans un capitalisme n crise le moyen d'imposrr la dictature des grands groupes industriels et financiers.

Nous apprenons que cette semaine sans que le ministre de l'interieur n'y mette fin, sans que le garde des sceaux ne saisisse le parquet, un groupement nazis dissous pour violences en réunion, apologie du racisme peut organiser un camp d'entrainement sur ces thèmes identitaires.

Les mêmes ministres ne font rien alors qu'un commando de "loups gris fascistes" d'Erdogan agresse la communauté arménienne dans la région lyonnaise.

La BAC, les Brigades d'intervention, si rapides à traquer le scooter volé, les commissaires qui font du chiffre pour port du masque non conforme, ne font preuve là d'aucune initiatives.

Est-ce parce que comme la presse indépendante l'a démontrée à de nombreuses reprises, la police en France serait gangrénée par ces idéologies qu'elle est chargée de réprimer, dans un pays ou la chasuble justifie la batte de base ball, où la soutane masque l'intolérance morale, ou l'ensecensoir sert à semer le brouillard permettant toutes sortes de mauvais coups et où le pouvoir vient donner gages et assistances à tous les espaces qui peuvent servir à masquer le travail de sape de la république à l'oeuvre? 

Repost0
Commenter cet article