Anticonstitutionnellement

Publié le 3 Juillet 2020

Il n'y a rien qui vous choque ? 

Anticonstitutionnellement

 

Photo retirée : Jean castex n'est pas Jean Castex de Matignon n'est pas Jean castex de Korian

Comme pour la volaille ou les légumes, un peu traçabilité, ça ne fait pas de mal

 

Le petit marquis du Touquet paris Plage, depuis sa loge médéfienne de l'Elysée, s'est pris un casse texte comme factotum matignonesque.

Pour rappel :

ARTICLE 8.

Le Président de la République nomme le Premier ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement.

Sur la proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions.

ARTICLE 18.

Le Président de la République communique avec les deux assemblées du Parlement par des messages qu'il fait lire et qui ne donnent lieu à aucun débat.

Il peut prendre la parole devant le Parlement réuni à cet effet en Congrès. Sa déclaration peut donner lieu, hors sa présence, à un débat qui ne fait l'objet d'aucun vote.

 

ARTICLE 20.

Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation.

Il dispose de l'administration et de la force armée.

Il est responsable devant le Parlement dans les conditions et suivant les procédures prévues aux articles 49 et 50.

ARTICLE 21.

Le Premier ministre dirige l'action du Gouvernement. Il est responsable de la défense nationale. Il assure l'exécution des lois. Sous réserve des dispositions de l'article 13, il exerce le pouvoir réglementaire et nomme aux emplois civils et militaires.

Il peut déléguer certains de ses pouvoirs aux ministres.

Il supplée, le cas échéant, le Président de la République dans la présidence des conseils et comités prévus à l'article 15.

Il peut, à titre exceptionnel, le suppléer pour la présidence d'un conseil des ministres en vertu d'une délégation expresse et pour un ordre du jour déterminé.

En conséquence de quoi et en violation de la constitution, Touthenmacronaparte a été chercher une potiche de luxe pour faire le coursier entre l'Elysée et le parlement pour lui dire ce,  monarque, il a décidé.

Et le conseil constitutionell garni de ses macroncompatibles et affidés battent la mesure pour que les chiens de garde applaudissent.

La constitution de 58 certes est à bout de course et doit être remplacée après un débat de fond décernant un mandat impératif pour ses rédacteurs devant soumettre leur rédaction à approbation du corps électoral. Mais en attendant, elle est la clôture infranchissable à ne pas franchir, le Texte de référence.

Repost0
Commenter cet article