La parade avant la représentation

Publié le 7 Juillet 2020

Défilé d'un Grand Macron Circus

qui est tout sauf magique

La parade avant la représentation

L'édito du parisien ose le dire ainsi :

" Emmanuel Macron a séparé le bon grain de l’ivraie. Il a gardé les meilleurs,"

On ne regrettera pas les pires, pitres compris, on ne regretera pas le cacou des Tripot quittant Beauvau  mais point de vue choix, le concierge du Medef et son nouveau fusible ont du gratter les fonds des réserves et secouer moisissures et poussières pour que ce gouvernement par son nombre et sa composition donne l'illusion d'être sur son 31.

Ce Matignon's Class band c'est un peu la famille Adams de la politique : tous ont soit des gamelles accrochées à leurs basques soit sont des caricatures de leur fonction.

Pour animer la scène, en Auguste, la pharmacienne adoratrice d'opéra amuseuse publique à ses heures ET responsable du paysage sanitaire français ayant montré grâce à elle durant des semaines un total état désolation. Clown comparse , le remplacement du Vidocq 22 par un accusé de violence sexuelles, l'arrivée place Vendôme d'un Monsieur Loyal (?), avocat (pourquoi pas?) mais surtout défenseur de la pègre politico-financière, en prise lui même avec les juridictions dont il va être chargé d'assurer l'indépendance, le tout annoncé par un secrétaire général de laTouthenmacronnapartie qui fait l'objet d'accusation de conflits et de prise illégale d'intérêts, sous le regard attendri depuis le Palais bourbon d'un mis en examen lui aussi pour prise illégale d'interet.

Sonnez buccins et trompettes et raisonnez tambours, cette galerie félinienne va tenter de vous amuser, avec à la baguette Monsieur 200 000 non pas volts mais Euros de rémunération annuelle  d'argent publique. C'est dire s'il connait les affres des fins de mois liés à la faiblesse des remunérations de la fonction publique.

Mais derrière cette farandole de réacs plus ou moins -souvent moins- médiatico présentables c'est la cavalerie du talon de fer qui est en place pour écraser le mouvement populaires. Objectif la sécu, la retraite, les salaires ce qui reste du droit du travail, la privatisation de ce qui reste de public statut des fonctionnaires compris. 

Pour faire passer la purge, une confiture culturelle étalée de façon parcimonieuse (vu ses moyens) sur les croutons rassis du politiquement correct quand la crétation, comme poissons dans lac assèché, est entrain de crever la gueule ouverte.

Il est fortement possible qu'il ne faille pas attendre septembre pour riposter tant d'ici là, Casse-textes l'a annoncé, il va avec ses lansquenets et l'artillerie lourde s'en prendre aux retraites et à l'organisation sociale.

Repost0
Commenter cet article