En marge de la question du viol (en marge que pour cet instant seulement)

Publié le 17 Juillet 2020

 

Il y a une question

qui ne peut rester dans l'ombre. 

 

En marge de la question du viol (en marge que pour cet instant seulement)

L'enquête pour viol, crime passible des Assises, commise par un citoyens quel qu'il soit, doit suivre son cours sans méandre. 

Reste une autre question qui ne mobilise pas les média voire même les associations féministes tant la question du viol(à juste titre) mobilise ces dernières. L'auteur de l'acte nie le viol mais ne nie pas le chantage d'une "aide" "judiciaire" contre des faveurs sexuelles. Suivies ou pas de viol, ce sont là des faits établis, pas même niés par leur auteur, et qui son qualifiable de chantage.

Cela ne devrait-il pas lui interdire toute fonction d'Etat voire éléctive tant cela relève au moins de la grande délinquance voir plus ?

Tel Louis XV et les frasques de sa cour, voila qui Touthenmacronaparte a décidé publiquement de blanchir le 14 juillet.

Celui qui couvre un délit, celui qui de plus est soumis aux obligation à l' article 40 du code de procédure pénale  ne le dénonce pas est passible des tribunaux. Mais le petit marquis du Touquet Paris plage jouant de son immunité constitutionnelle décide de couvrir ce qui relève de la haute cour de justice de la République.

Mais là, comme c'est du pouvoir et ses coursives qu'il s'agit, pour les chiens de garde, la question ne sera pas posée.

Repost0
Commenter cet article