Les vampires, la bourse et la crise sanitaire.

Publié le 3 Avril 2020

 

 

On peut dénoncer,

mais il faut alors être entendu.

Là, c'est du cru.

Net et sans bavure.

 

 

Au moment où nous n'en sommes même pas à la pointe de la vague, en étant pas à l'abris de répliques aux  conséquences de même nature à attendre si nous ne tordons pas le bras du pouvoir pour le contraindre à puiser là où sont les moyens, voila le passe-temps des rentiers et des spéculateurs :  

Les vampires, la bourse et la crise sanitaire.

En gros, voilà le propos :

"50 milliards de dividendes, certes c'est bien, mai avec nos conseils judicieux faites mieux pour votre porte feuille l'année prochaine"  La couleur de l'encre pour vous le dire donne le lieu où ces propos ont été râclés.

Ils sont tellement abject que cela en arrive à pousser en deuxième position les obscénités du jour émises par le berger Lallement de Vidoc-22. C'est dire.

Rédigé par Canaille le Rouge

Publié dans #abjection, #obscenité, #capital, #la rente, #capitalisme, #société

Repost0
Commenter cet article