Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Phare du Touquet Paris plage, un petit père des peuples.

Le culte de la personnalité, 

les pratiques

repprochées à Poutine,

ce n'est que chez les autres

Le Phare du Touquet Paris plage, un petit père des peuples.

Comment est-il possible que tous ceux qui se bousculent pour nous expliquer que l'urgence est de préparer une 6e République (ils n'ont pas tord) soient d'un silence impressionnant dès lors qu'il faut interpeller avec la plus grande fermeté le premier ministre pour qu'il exige du locataire de l'Elysée qu'il respecte les prérogatives constitutionnelle de sa fonction ?

Touthenmacronaparte le grand faitout, sait tout, décide de tout, est partout.

Omniscient, il est urgentiste, biologiste, logisticien un peu CRS, pas mal comédien, un peu adjudant un peu trop beaucoup maréchal, agriculteur, bref jamais la réalité d'un pouvoir personnel et quasi dictatorial n'aura autant été le brouet quotidien indigeste à avaller par les habitants de notre pays. 

Hier démasqué à Pantin - il nous la joue Jonhson ?- ce jour à Marseille (comme si en plus de Gaudin et Vassal Marseille avait besoin de ça), lundi soir Delahousse de service. on ne sait s'il part à Rome vendredi prochain. 

Or, à suivre la presse les radios et télés, aucun de ceux qui nous font miroiter d'ultérieurs jours heureux avec cette nouvelle République -dont ils maintiennent le caractère délégataire et donc alienant  du point de vue de la citoyenneté -  aucun donc pour interpeller publiquement, saisir le conseil constitutionnel pour clarifier les responsabilités de chacun sur cette violation du texte fondamental, dont singulièrement son preambule.

 

Si constitutionnellement le chef de l'état en tant de guerre est chef des armées, il n'en est pas le chef d'état major.

En temps de guerre sanitaire il en est de même.

Son rôle est de donner des moyens pas de les répartir au gré de choix arbirtaires calés sur le maintient d'un cap ayant empalé le navire sur les éccueils des exigences de la finance et du dividende rentier.

Le laisser tordre les institutions comme il le fait est lui laisser la main pour aggraver l'intensité du désastre humain sans nom, le démembrement social et économique que nous subissons. C'est laisser les démolisseurs continuer l'effondrement.

Pour construire demain il faut résister maintenant. Que ceux qui se parfume du nom douteux de politicien s'occupe de point là, pour ce qui est de lapolitique - lavie de la cité - au mouvement social de vite reprendre la main. Et sans attendre une trève des confineurs.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article