Soigner le virus à l'opium, une vieille recette pas très efficace 

Publié le 9 Mars 2020

Rave party à Pontivy

l'encens pour masquer l'opium

Soigner le virus à l'opium, une vieille recette pas très efficace 

Bénis soit Ouest France qui nous informe que dans le Morbihan, terre de mission, les autorités éclésiastiques se montrent une fois encore imperméables aux voix de la raison, nous apprenant qu'avec l'onction des représentants de l'Etat, les ensensoirs sont mobilisés pour diffuser les antivirales effluves divines.

Ce 8 mars, au milieu des hystéries payennes prétendant que la moitié inférieure de l'humanité pourrait -quelle idée saugrenue- tendre vers l'égalité, à Pontivy, monsieur Centène ci devant évèque de Vannes (ce n'est pas une blague ) toisant de haut toute idée de quarantaine, est venu célébrer une messe dans la basilique de Pontivy  dans le mêmes lieu qu'il y a quelques siècles la ferveur paroissiale avait  cherché à combattre une épidémie de dysentrie.

Cela pour dire que Celui qui de là haut pour eux veille à tout (et donc est par essence cause de tout dont l'épidémie qui se propage) sera plus fort que les hommes -si on le lui demande poliment- pour voir s'il l'arrête.

Dans un départements où le bon sens tel que proclammé par autorités et médias carillonnent l'urgence de mesures à respecter contre le risque de contagion, alors que le rectorat ferme les écoles pour des milliers d'enfants, renvoit les internes des lycées dans leur foyer, alors que  la préfecture a décidé d’annuler tous les événements sportifs sur le sol du département jusqu’au samedi 14 mars, que  les salles de cinéma (Locminé et Baud chacune à 25 km de Pontivy ), les discothèques et même les marchés sont également soumis à cette interdiction dans le département, ils étaient environ 300 à se concentrer dans un lieu clos, sous l'égide d'une autorité dite spirituelle, à braver les préconisations des autorités sanitaires qui conduisent dans tous le pays à interdire toute manifestation publique de plus de 1000 personnes.

Les raffineurs d'opium pour le peuple se démasquent et se muent en VRP de l'industrie pharmaceutique en attendant la réouverture par eux consacrées des ossuaires des enceintes de Bretagne.

On ne sait si Atchoum est le nain de jardins préféré de ceux de l'évéché, mais il serait bon que le ministre "chargé des cultes*" résidant place Beauvau voit avec sa collègue de la place Vendômes à rappeler le plus vigoureusement possible à l'ordre le diffuseur à chasuble de ces fakes news divines et concentrateur de virus.

Question subsidiaire, comment le préfet du Morbihan, dans ce contexte a-t-il pu confirmer l'autorisation cette rave party publique où les vapeurs d'encens masquaient celle de l'opium ainsi diffusée.

  

 

 

* C'est dans la feuille de route officielle du titulaire du poste

Repost0
Commenter cet article