Quand les ordures font du tri sélectif

Publié le 6 Février 2020

 

Vinci pris en flag,

Flicage -fichage informatique 

 

Quand les ordures font du tri sélectif

Un fichier datant du mois de juillet 2019 listant des salariés de la division Centre-Auvergne du groupe découvert et rendu public par Médiapart.

184 Salarié.e.s sont concernées. A côté des informations administratives, figurent des commentaires "sur leur travail, leur vie personnelle ou leur engagement syndical" (sic).

Quand les ordures font du tri sélectif

A côté de renseignements d'ordre privé pointé dans des termes aussi abjects qu'illégaux, on en trouve d’autres qui indiquent l’appartenance syndicale du salarié, parfois avec un commentaire supplémentaire : « DP FO. Parfois un peu fainéant », « OK. Des relants de SUD », « Gréviste CGTISTE. Pas un mauvais bougre », « CGT – Travail “sous ordre”. Collérique », « Confiance en baisse. S’est rapprochée de la CGT », « Élu : CGT pas intelligente », « Gréviste systématiquement »…

Bien sûr pour Vinci Direction Générale, cela ne peut être qu'une "initiative-personnelle-que-la-direction-condamne" A croire qu'il y a une formation générique des DRH qui va jusqu'à user de la même réthorique vaseuse pour se tirer de ces mauvais pas qui tendent à se généraliser (pas la pratique - bien établie- mais leur découverte).

L'auteur de l'article,  , rappel que 

"Ces pratiques ne sont pourtant pas isolées. Au mois d’octobre 2018, Le Canard enchaîné révélait ainsi l’existence d’un fichier à Force ouvrière, créé par des proches du secrétaire général, comportant des commentaires tels que « bête », « niais » ou « influençable ». Un an plus tôt, c’était l’entreprise Leroy Merlin à Valence qui était épinglé par le Dauphiné libéré pour un fichier listant les intérimaires avec des appréciations comme « beurk » ou « vicieux ». En novembre 2016, Le Parisien rapportait des pratiques semblables à la SNCF. En août 2015, Mediapart avait également révélé l'existence d’un système de fichage de salariés de France Télévisions. Et au début des années 2010, c’est la chaîne de magasins Ikea qui avait mis en place un véritable dispositif d’espionnage de ses salariés, révélé en 2012."

La personne ayant organisé le fichage chez Vinci semble avoir été discrètement mutée dans l’intérêt du service et Vinci de jouer les vierges effarouchées.

"S’il s’agit de notes personnelles d’un cadre, elles me paraissent invraisemblables et totalement contraires à l’éthique managériale d’ASF. En tout état de cause, si l’existence et l’authenticité de ce document étaient confirmées, il s’agirait d’une pratique que nous réprouvons fermement, absolument contraire à nos convictions ".

Sauf que les autoroutes ne sont pas des patinoires et que l'expérience confirme que ce genre de prirouette est assez coutumier dans le monde patronal.

La CGT VINCI indique que son syndicat réflécht aux suite judiciaires possibles. Médiapart précisant que FO (syndicat majoritaire à ASF Centre-Auvergne) n’a pas souhaité réagir dans l’immédiat. 

Répondant aux question de Médiapart,  Marie-Laure Dufresne-Castets, avocate spécialisée en droit social  précise :

Il y a, semble-t-il, une collecte de données personnelles contraire à la loi de 1978 sur la protection des données personnelles, . Concernant le fichage syndical et de grévistes, cela peut relever de la discrimination syndicale ou du délit d’entrave. Les syndicats pourront tenter de mettre en cause un responsable de l’entreprise, ou l’entreprise elle-même en tant que personne morale, et de demander des dommages et intérêts au titre du préjudice moral. 

Repost0
Commenter cet article