Leur soupe à l'oseille

Publié le 11 Février 2020

Pour mesurer l'état d la société 

Leur soupe à l'oseille

Inondations, grèves, incendies, manifestations, avalanches, Brexit, tremblements de terre, épidémie, depuis maintenant plus de deux mois les médias ont trouvé l’unité de mesure permettant de quantifier les conséquences de catastrophe naturelles ou pas , le catastrophisme étant déjà en soit l’outil premier de mise en équivalence.

Notons de suite que séisme est réservé à la famille royale du Brexitland, les changement à la tête de la L1 en foot ou des déboires notariaux de la famille Smet et consort. 

Mais pour les premiers cités, ce ne sont pas les victimes civiles et les sinistrés des Inondations, les morts des épidémies, incendies, avalanches, tremblements de terre, qui comptent, pas les conséquences humaines sociales pour ceux qui sont contraint de recourir à la grève aux manifestations pour se faire entendre, NON ! Le thermomètre est la chute du chiffre d’affaire et si c’est social, le nombre éventuels de mise en chômage technique voir de fermeture de commerce conséquence des grèves et des manifestations, jamais fruit de l'incurie patronale ou de la casse gouvernementale. Comme disait Bécaud "et l'addition s'il vous plait" .

Bref , la thune, le flouze, le pèze, l’artiche, les ronds, l'oseille le fric sont l’échelle servant à mesurer l’état de la société.

 

C’est ce que d’aucun et pas qu’à la bourse ou à droite appelle l’horizon indépassable du marché.

Rédigé par Canaille le Rouge

Repost0
Commenter cet article