La motion de censure expliquée à mes petits enfants.

Publié le 17 Janvier 2020

Ou , "de la météo comme outil 

d'instruction civique".

La motion de censure expliquée à mes petits enfants.

 

 

Voilà, mes enfants, il vous faut imaginer une grande maison au bord de la mer ou au croisement de deux vallées de montagne.

Et la tempête souffle.

Les gens voient que dehors des branches, des chapeaux de cheminée volent de partout.

Certains tentent de boucher les entrées d’air, d’autres écrivent au propriétaire pour qu’il sécurise l’immeuble, fasse des travaux.

La blonde du premier demande l’expulsion du locataire du 3e parce qu’il vit la fenêtre ouverte et « fait monter la facture chauffage des parties communes ».

Il y a l’amicale des locataires qui tente après des pétitions infructueuses des actions de groupe pour avancer dans l’isolation du bâtiment. Mais certains refusent de s’y joindre parce qu’il faut verser 50€ de caution et donc perdre peut-être de l’argent (s’ils y arrive - se disent-ils - j’aurai mes 50€ et les travaux).

Et puis il y a un autre habitant d’un des trois autres appartements du 1er . Venant du sud, un peu frileux, grande gueule dans l’escalier mais poli. Quand la météo cogne, il s’informe, son journal déployé. Il le lit calé dans son fauteuil et se rend bien compte que les intempéries sont une souffrance pour le bâtiment et ses habitants.

Comme il n’est pas bête, plein de gens le lui ont dit un jour ou l’autre, il cherche comment mesurer l’urgence d’engager les travaux et convaincre à la cantonade que lui sait où, comment et quand les engager.

Il a l’idée ! Enfin ! Il faut un indicateur imparable, visible par tous, qui à défaut d’arrêter le vent, voire d’empêcher courants d’air et infiltrations, démontera que oui, le bâtiment est vulnérable que lui sait s’occuper des autres .

Il se lève, enfile son pardessus et s’entoure le cou de sa large écharpe rouge, va vers la véranda su salon pour interpeler les passants.

Au passage, juste avant de poser sur sa tête son grand chapeau noir, il se saisit d’une de ces grandes plumes d’autruche blanche et le pique sur le coté le long du ruban.

Il va ouvrir la fenêtre qui domine l’avenue. Il va pouvoir au yeux de tous indiquer le sens et la force du vent.

Jean- Luc Mélenchon vient d’inventer la motion de censure.

 

Repost0
Commenter cet article