Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'essence de l'art : Il y a blocage et blocage.

De la relativité

dans la colère

et

la revendication

L'essence de l'art : Il y a blocage et blocage.

Imaginez une seconde que cela soit vrai : 

 

"Les cheminots, les gaziers électriciens les personnels des hôpitaux, les pompiers professionnels et volontaires ont décidé depuis deux jours de bloquer les centres d'approvisionnement en carburants pour obtenir les mêmes tarifs que les patrons du BTP ou ceux des agriculteurs gavés d'aides de l'U.E., mouvement pour répondre aux besoins de la population et assurer leur mission de Service Public".

 

Oui, imaginez que cela soit la réalité et non une colère patronale de nantis parfois épaulés de caciques de la FNSEA, tous exigeant de conserver de douillettes niches fiscales, patrons du BTP et légumiers céréaliers champions du travail au noir, recordmans de la fraude et des dégrèvement fiscaux, ceux qui considèrent la chair à produire comme un coût à diminuer le plus possible.

Croyez vous alors que ceux qui bloquent seraient reçus et écoutés par le gouvernement ? 

D'après vous, combien de temps faudrait-il pour que l'éborgneur, cacou des chaussettes à clous, lâche ses équivalents Berger Lallement pour faire cesser ce qui alors seraient à coup sûrs des troubles à l'ordre public ?

Combien de temps pour que la garde des sots demande à ses procs, astiqueurs de parquets, d'engager des poursuites judiciaires pour prise d'otages à potentiels terroristes contre les organisateurs ?

Combien de temps dans un pays au chômage de masse, pour que la danonette plâtrée de la rue de Grenelle demande aux dirigeants d'entreprises d'engager des poursuites disciplinaires pour atteinte à la "Liberté du Travail" ?

Depuis maintenant plus de 72 h 00, les chiens de garde, en meutes tous crocs dehors, sur les ondes, les écrans dans leurs feuilles de choux grassement stipendiées par ceux qui tremblent voyant l'horizon rougir battent la campagne expliquant comment contourner cette Vééééritaaable prise d'Ôtâaage.

Tout est bon : discrédit de ceux qui luttent, mépris de leurs revendications, mensonges éhontés sur les différents statuts et formes de garanties sociales, incitation au travail à domicile les jours de grève (en oubliant bien évidement de rappeler que la journée du 5/12 concerne TOUS les salariés). 

Sur les chaînes publiques, l'argent de la redevance sert à payer des briseurs de grève.

Il faudra leur faire un jour ravaler leurs mensonges.

Elles et ils sont en guerre, tant les spadassins de la rente et du coupon, tremblants dans leurs beaux quartiers que les légionnaires d'une armée idéologique laquelle, à défaut de pouvoir allumer des bûchers, grillent de leur micros, stylos, vidéos le paysage social au lance-flamme. 

C'est bien d'une guerre qu'il s’agit. D'une guerre contre le peuple menée par ceux qui se gavent des richesses que le peuple produit et ou l'état de droit pour se montrer tel qu'il est parce que capitaliste gagne de "E" final qui en fait l'Etat de droite.

L'essence de l'art : Il y a blocage et blocage.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article