Chez Delevoy de son maître

Publié le 10 Décembre 2019

Et une gamelle de plus.

Non seulement ça pue chez lui 

mais en plus il la touille 

Chez Delevoy de son maître

Mais m'sieur, c'est pas un salaire, tout juste une p'tite gratification. 

Certes, plus que gratifiante : Environ que  4 SMIC nets mensuels (5368,30€/mois, la paie mensuelle de 3 aiguilleurs de la SNCF primes comprises et de plus de 4 des mêmes retraités)!

Cela en plus de sa paie de ministre et ses retraites du type celles qu'il juge trop élevé pour la caissière de chez Auchan ou le brancardier de l'hôpital.

Jean-Paul Delevoye conservait jusqu'à ce mardi midi la présidence du think tank Parallaxe, qui lui versait une “gratification” d’un peu plus de 5.370 euros nets par mois, comme il l’a indiqué lui-même dans sa déclaration d’intérêts et d’activités à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, rendue publique le 7 décembre.

Il a quitté cette fonctions suite aux révélations par la presse. La deuxième démission en deux jours, puisqu'il avait déjà abandonné son poste au sein du conseil d'administration de l'Institut de formation de la profession de l'assurance (IFPASS) lundi, suite à l'enquête du Parisien.

Le think tank en question est une émanation du groupe d’enseignement privé IGS, qui regroupe 34 écoles et centres de formation en France. Les enseignants feraient bien de s'occuper de lui, ce machin à penser la casse est là pour laminer l'enseignement public universitaire et donner ses moyens au privé.

Donc le môssieur a environ 15 SMIC mensuels (ministre , retraite "commetoutlemonde" : 2000€ net, Paralaxe )  estime que toucher 75% d'un seul est suffisant pour les gueux.

En 1789, nos aïeux en ont branchés ou raccourcis pour moins que çà.

Il ne faudrait pas raccourcir nos mots d'ordre pour se disperser, mais au passage son départ à grands coups de pieds au cul serait une mesure d'hygiène sociale.

Rédigé par Canaille le Rouge

Publié dans #Mensonge d'état, #Coup de gueule, #Du côté du capital, #social, #lutte de classe

Repost0
Commenter cet article