Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Etat des routes et sécurité routière

Et si on regardait plus loin

que le renouvellement

du macadam ?

Si nous faisions 

un peu 

d'écologie politique ? 

Etat des routes et sécurité routière

Les usagers bien sûr, les élus qui doivent trouver des moyens que l'état à confisqué, les agents des DIR et autres services des ponts et chaussées n'en sont plus à tirer le signal d'alarme mais à exprimer de la colère devant l'évolution vers la ruine de ce qui fut un des meilleurs réseaux routiers du monde tout comme les victimes d'accidents liés à cette situation

Pourtant une chape de plomb est lourdement posée pour éviter d'évoquer la responsabilité première (et donc l'endroit ou trouver la réponse durable ) de cette situation.

  • Quand les directives de l'UE (rédigées pour une grande part dans les bureau ici du ministère des transports) organisent la liquidation du transport ferroviaire des marchandises, basculent sur la route des milliards de tonnes KM annuelles (c'est l'unité de mesure de ce trafic), on casse le réseau routier. 
  • Quand on ferme les triages les gares de marchandises et liquide la part marchandises de l'activité de la SNCF pour la livrer au capital, que pour compenser on fait passer la charge utile des camions de 38 à 44 tonnes, on casse le réseau routier. 
  • Quand la main dans la main les eurocrates (gouvernements dans la durée et UE) autorisent les patrons des entreprises routières à ne pas emprunter les autoroutes pour limiter l'usure et assurer la rente au racketteurs de la privatisation, on casse le réseau routier. 
  • Quand les bénéficiaires réels du transport , les chargeurs qui à coup de délocalisations industrielles vont s'implanter pour sur-exploiter des main d'oeuvre plus "souples" financièrement et socialement et reporte sur une noria de camions autour du concept de logistique les conditions de réalisation du profit ,on casse le réseau routier. 
  • Quand in bascule sur route les convois exceptionnels au gabarit ferroviaire, on casse le réseau routier et on fait des morts sur les passages à niveau.

La raison première de l'usure du réseau routier devient immédiatement plus claire.

Si nous y ajoutons une politique de concentrations des activités économiques en pôles d'excellence conduisant à externaliser les zones d'habitat, un réseau de transport public assassiné ou livré au ...transport routiers, la boucle est bouclée.

Si vous vous posez la question de l'utilité de l'appel à l'action des cheminots, des agents de la RATP de la colère grandissante dans les entreprises de transports et de logistique victimes du dumping social au nom de l'espace de concurrence libre et non faussée,  vous avez là déjà une série de réponses complémentaires à votre exigence légitime de sécurité et régularité du service public

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article