Cela manquait dans le paysage politique

Publié le 31 Octobre 2019

Après les tueurs d'extrême droite,

les truqueurs de toutes les droites

les tricheurs et menteurs

de l'arc des hors-sol,

les conseillers multicartes,

les truands du chéquier

et autres funambules du conflit d’intérêt,

maintenant,

les parlementaires-conseillers trafiquants

 

Cela manquait dans le paysage politique

Bel exemple de coopération politico-économique trans-méditerranéenne, bel exemple de l'articulation avec cette vertueuse «société civile» que Touthenmacronaparte  nous avait tant vantée et faite entrer à l'Assemblée Nationale. 

Elle part en fumées plus ou moins stupéfiantes et n'aura pas eu les vertus que les naïfs espéraient.

Moussa Ouarouss, un député suppléant LREM des Yvelines, cadre local de la majorité présidentielle à Reims, est mis en examen dans le cadre d’une enquête portant sur un trafic de stupéfiants entre le Maroc et la France, ont affirmé mercredi 30 octobre des sources concordantes.

Moussa Ouarouss est notamment mis en examen pour importation, transport et détention de produits stupéfiants en bande organisée et association de malfaiteurs dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille, confiée aux gendarmes de la section de recherches de Reims, a affirmé une source proche du dossier, confirmant une information du quotidien L’Union.

Moussa Ouarouss a été interpellé fin août alors que des saisies «relativement importantes» ont été réalisées.

«Entre six et huit» personnes sont mises en examen, placées pour certaines en détention provisoire, dans le cadre de cette enquête portant sur un trafic en lien avec la région du Rif.

il y a le feu alors vite les pompiers pour circonscrire ce qui pourrait être un nouveau sinistre :

Silence pour l'instant de ce côté-ci de la baignoire à noyer les migrants, mais de la part des amis marocains du petit marquis du Touquet Paris-plage, le surfe sur le travestissement de la réalité fonctionne à fond.  

Les Extincteurs d'En Marche de l'Atlas font le forcing avec des exotismes dans la lecture des lois et règlements de notre pays:

"De nombreux sites et plateformes internet le présentent comme le conseiller du président français Emmanuel Macron. Mais il n’en est rien: Moussa Ouarouss, présent aux manifestations d’Al Hoceima, est député suppléant, un poste strictement honorifique en France" (sic).

"Loin d’être le conseiller du président, Ouarouss est en fait député suppléant de Nadia Hai (La République en marche) à la 11e circonscription des Yvelines. En France, la fonction de député suppléant n’est encadrée par aucune disposition législative et n’a donc aucune valeur. Seul le député qui exerce son mandat peut se réclamer du titre de député. (resic) .

Mais, voici copie de sa page sur LinkedIn. Et pour le rôle constitutionnel des suppléants : Il remplace le député si ce dernier décède, est nommé au gouvernement, accepte une mission de plus de six mois, entre au Conseil constitutionnel ou est désigné Défenseur des droits.  

Mais à part cela il ne serait qu'honorifique !

Et pendant ce temps là, la marmotte etc.........

Cela manquait dans le paysage politique

Le dit Ouarouss , à Reims, a pour profession d'être gérant de SCI et grossiste en commerce de fournitures industrielles, accessoirement "liquidateur de société". Finalement très en adéquation avec son mandat politique bien réel de cadre du parti présidentiel qu'il exerce tant au pays du Champagne que dans l'ex circonscription de Benoit Hamon .

Quand la politique qui ne devrait être qu'engagement citoyen devient un métier ouvert à tous les aventuriers des notabilités, cela donne ça.

Rédigé par Canaille le Rouge

Repost0
Commenter cet article