Faire en sorte que Ferrand sorte

Publié le 12 Septembre 2019

Mais pas que lui

Faire en sorte que Ferrand sorte

"  Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale et quatrième personnage de l’État, a été mis en examen pour « prise illégale d'intérêts » dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne. En 2011, l’organisme des Mutuelles de Bretagne, que M. Ferrand dirigeait alors, avait décidé de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne"

C'est un peu comme une sorte de darwinisme politique :

Le compte bancaire et la fonction politique  font l'organe. L'organe se nomme politicien corrompu.

Qu'ils soient rejetons du PS-droite en tenue de camouflage - de celle classique en rupture de gaullisme ou héritiers des Giscardo-lecanuetistes ultra atlantiste, du nord au midi, d'est en ouest, il semble bien que les démêlés judiciaires soit un des critères d'évaluation des déroulements de carrière des caciques du macronisme : plus tu es compromis plus tu gravis les étages du pouvoir.

Le perchoir serait-il un des lieux privilégiés pour rendre visible ceux que la justice soupçonne d'être pour le moins mouillés dans des manœuvres toujours à but privé, monétaire et financier (soit encaisser, soit ne pas décaisser). Comment ne pas noter que dans cette même majorité, de Bruxelles à Paris, le flot monte - en n'oubliant pas que près de la moitié du gouvernement a été vertement retoqué (mais échappe à toute condamnation) pour avoir pris des libertés avec le code des comptes de campagnes. 

Tous ne sont pas atteints mais, quand il ne s'agit pas de comportement scabreux à connotations de harcèlements sexuels, de notes de frais pharaoniques,  pointent les usages non réglementaires des moyens publics.

Là, ce n'est pas la peur des mouvements sociaux qui les mets en transe, pour autant cela tremble un tantinet dans certaines permanence de LREM.   Nombre d'entre eux risquent de perdre leur santé à slalomer entre les palais de justice de façon à ne pas avoir à s'y retrouver.

Ce qui est terrible c'est que la révulsion que ces comportements provoquent ne trouve pas d'issue en phase avec les exigences populaires tant, de part leur mission historique initiale, ceux qui aurait pu présenter une alternative y ont renoncé.

Obnubilés par l'observation de la ligne bleu des isoloirs, leur seul horizon, ils sont dans l'incapacité d'entrer en résonance avec les attentes populaires pour à la fois se débarrasser de ce personnel compromis et faire du neuf à partir des valeurs progressistes et républicaines. C'est cela l'attente d'une République nouvelle et cette épuration judiciaire aurait pu être le moment de rupture politique nécessaire pour peu que l'idée soit portée.

Alors oui, "faire en sorte que Ferrand sorte" parce qu'il est indigne de sa fonction et doit démissionner tant les homards que s'est offert De Rugy avec nos sous ne sont pas plus graves que de se goinfrer sur le dos des mutualistes du pays où on les pêche.

Chasser tout ceux qui ont magouillé et se goinfrent des financements publics ou para public de tout niveau, tant UE que nationaux, toutes les droites et leurs extrêmes confondues et s'en prendre au pouvoir de l'argent, à ce capital qui pour se mouvoir et croître à besoin de corrompre.

Ceux qui ne demandent que la démission de la Macron-Ferrandcratie sans poursuivre sur la voie du combat contre le capital ne se révèlent que pour ce qu'ils sont : les iznogoud de la politique pour être calife à la place calife et bénéficier des retombées que les précédents devraient leur abandonner.

 

 

 

Repost0
Commenter cet article