Police : toute pratique est pratique d'une théorie

Publié le 27 Juillet 2019

La validation des pratiques

caractérise ses théoriciens

Police : toute pratique est pratique d'une théorie

Ainsi donc, pour la patronne de l'IGPN, mettre de force des ados  à genoux mains sur la tête, gardés par des robocop à gazeuses et tonfas, pratiques actualisées des miliciens de 43 quand ils organisaient leurs rafles ne serait en rien répréhensible.

Ils s'agit presque d'une sorte de point d'orgue de pratiques usant du terme qui est celui le plus appropriés : méthodes fascistes.

La prochaine rafle, les "bénéficiaires" seront-ils stockés dans des installations sportives ? certes, nous n'avons plus de Veld'hiv mais pourquoi pas un PSS.PP-PPP, un "partenariat public privé"entre "promoteurs sportifs de Stades et Préfecture de police"?

Lors de la prochaine fêtes de la musique verrons-nous la patronne de l'IGPN valider la mise en stade et l'écrasement des doigts de ceux qui n'auront pas été noyés ?

Le kakou des casinos doit certainement depuis son bureau de Beauvau y travailler. 

Certes le procureur aura bien vu le problème mais comme il ne faut pas chagriner le Princident de la Monarblique pour rester bien en cour, il peut susurrer de s'adresser au déontologue de l'assemblée nationale qui certainement validera les choix de la patronne de l'IGPN.

Repost0
Commenter cet article