les médailles de la honte

Publié le 18 Juillet 2019

Breloques

pour casquettes

et chaussettes à clous

 les médailles de la honte

 

A ce niveau là ce n’est plus de la provocation mais une incommensurable bassesse,

C’est une vieille pratique réactionnaire qui traverse l’histoire de l’aristocratie et la bourgeoisie française, A Paris la classe dominante, percluse de haine, a baptisé avec musique et ostensoir du nom des officiers massacreurs les artères parisiennes où ceux ci se sont illustrés dans la répression des luttes populaires , Damesme dans le 13, Dellessert (qui pour cela outre un boulevard dans les beau quartier dispose d’une rue dans le 10e ou il a fait sabrer le peuple) ainsi que quelques autres plus ou moins connus, histoire de marquer d’un talon vengeur leur haine du populaire,

La tradition perdure avec les outils du moment : Le kakou des casinos usant de son droit de breloquer vient de sortir une de ces décisions qui l’inscriront dans la lignée des Thiers et autres Sérol : féliciter les ordures qui s’illustrent dans l’usage des outils à tuer, mutiler, à humilier,

l’ex second couteau des truands du tapis verts maintenant sinistre de l’intérieur a gardé des repères, Ses valeurs sont, pour reprendre l’épithète dont use Médiapart « terrifiantes »,

Canaille le Rouge reprend ci après les information données par Médiapart:

  • Le commissaire divisionnaire à Nantes, qui, le 21 juin, lors de la fête de la musique, a ordonné de gazer les jeunes rassemblés près d’une berge de la Loire, parmi lesquels Steve, porté disparu depuis ce jour. Décoré

  • Le capitaine qui a fait partie des policiers auditionnés dans le cadre de l’enquête sur le décès de Zineb Redouane, survenu à Marseille après avoir été touchée au visage par des éclats de grenades lacrymogènes lancées dans son appartement le 1er décembre. Ce CRS commandait ce jour-là les auteurs des tirs. Décoré

  • Le commissaire en charge, le samedi 23 mars, à Nice, des opérations de maintien de l’ordre, ayant causé de graves blessures à la militante pacifiste Geneviève Legay. Décoré À cette charge, un capitaine de gendarmerie avait refusé de participer, la jugeant « disproportionnée » et qui bien évidemment ne sera pas décoré, 

  • La compagne de ce Papon de Nice, présente aux côtés de son conjoint le jour des opérations et chargée de l’enquête sur les violences policières commises ce jour-là est elle aussi Décorée.

  • Et enfin, le commandant divisionnaire qui fait partie des CRS qui, le 1er décembre, ont matraqué plusieurs manifestants dans un Burger King, à Paris. De sources policières rapporte Médiapart, connu pour être « particulièrement violent ». Décoré,

Lui, n’a pas été décoré : le commandant de gendarmerie : le colonel Michaël Di Meo qui le 8 avril, sur un plateau de BFM-TV, avait commenté les images  du Burger King : « C’est de la violence policière. »

Les cinq nommé ont reçu la médaille de bronze et font partie de l’« exceptionnelle promotion gilets jaunes » 2018-2019, Le nom de la promo non plus ne s’invente pas,

Rédigé par Canaille le Rouge

Repost0
Commenter cet article