Et pour la p'tite dame, ce s'ra quoi ? Un tartare de concurrence libre et non faussée

Publié le 8 Juin 2019

ou comment transformer

la carne et l'amidon

en rente

sur financement public

Et pour la p'tite dame,  ce s'ra  quoi ? Un tartare de concurrence libre et non fausséeEt pour la p'tite dame,  ce s'ra  quoi ? Un tartare de concurrence libre et non faussée

1 500 tonnes de ces steaks à la couenne d’ersatz de charolais de la Vistule rincé à l'amidon, pour un montant de 5,2 millions d'euros pour les pauvres,  le filet de Charolais de Bourgogne étant réservé pour Auteuil-Neuilly-Passy, les bas morceaux pour leurs "Zanimaux de compagnie". (combien les barons du capital ont-ils lâché en 36h00 pour reconstruire ND de Paris ? les patrons et actionnaires de la boite anonyme ont abondé alors pour quelles sommes ?) 

Un marché financé par appel d'offre public, sans que le lanceur d'appel n'aille vérifier la qualité quand l'Etat, puisque c'est de lui qu'il s'agit, sait envoyer des inspecteurs chez des chômeurs. En notant que quand un chômeur est surpris à frauder pour une poignée de monnaie, son nom est livré à la vindicte publique. Mais là, pour la délinquance en col blanc, l'anonymat est préservé.

Les faits, disent les autorités "sont susceptibles d’être qualifiés de tromperie en bande organisée, ce qui constitue un délit pénal"passible de sept ans de prison et 750 000 euros d'amende.

Si tu fait une bêtise tu es "passible"... mais bonheur du who'swho économique, là, tu es susceptible. 

Sauf fusible de troisième degré, sept ans ramenés à coup sûr à 2 avec sursit parce que n'est-ce pas casier vierge (jamais pris jusqu'alors) et que le jour du réquisitoire la grande copine du proc s'appellera Clémence.

Coté fric, 4 200 000-750 000 restera 3.4 millions€ de déjà partagés entre les actionnaires.

L'image parfaite du capital : il fabrique de la misère  pour pouvoir s'enrichir puis se fait financer par les "un peu moins pauvres" pour s'offrir une image de sollicitude caritative pas même low cost mais franchement obscène. Et l'appareil d'état qui est là pour les protéger, un appareil d'état dirigé par un gouvernement où 27 ministres sur 35 ont eu droit à un redressement fiscal pour dissimulation de rentes et revenus mais qui fabriquent les pauvres et l'exclusion.

Au bas mot la nouvelle loi sur le RSA va "fabriquer" 205 000 nouveaux exclus des indemnisations chômage. Ils iront grossir les queues du secours pop, des restau du cœur de la banque alimentaire ou du secours catho.

Et les mêmes lanceront d'autres appels d'offre où de pays moins regardant on fabriquera de la pâté pour pauvre moins bien contrôlé avec des produits qu'ils ne donneraient jamais à manger aux meutes de leurs chasse à cour.

Repost0
Commenter cet article