La lutte ou la supplique ?

Publié le 29 Avril 2019

 

La preuve par H&M

La lutte ou la supplique ?

Le texte que Canaille le Rouge met en ligne ci après est de ceux que reçoivent de nombreux internautes qui une fois, voire de nombreuses fois, signent des pétitions en ligne, le plus souvent concernant des défenses de droits sociaux, démocratiques et humains à travers la planète.

Si Canaille le Rouge vous propose de prendre connaissance de celui-ci, ce n'est pas pour vous inviter à le signer (à chacun.e d'en décider) mais pour bien mesurer à l'aune de ce texte la nature des débats qui traverse le syndicalisme en général et la CGT en en particulier.

La Bulgarie est depuis 12 ans membre de l'UE territoire de pertinence de la CES.

H&M est une entreprise et chaîne de magasins suédoise de prêt-à-porter pour femme, enfant et homme, fondée en 1947 par Erling Persson. H&M est présent dans 69 pays et emploie directement environ 171 000 personnes ... ayant pignon sur rue à travers toute l'UE. En France les salariés avec la CGT (1er organisation avec 61 % en 2019) s'y battent pour leurs revendications.

Chez H&M, de l'argent il y en a. Outre les dividendes versés , le groupe est un des premiers sponsors mondiaux pour l'équitation (saut d'obstacles).

Le texte dit aussi de quelles façons cette richesse est crée, est captée et accumulée.

La question d'une action internationale des travailleurs et le rôle d'une organisation pour les y aider est plus que pertinente.

Canaille le Rouge n'a pas connaissance sur ce sujet de la nature de l'intervention des autres organisations internationales mais comme part de sa cotisation y retourne il est voudrait bien savoir ce que sur ce sujet urgent et emblématique fait la CES.

Pour une organisation comme la CES, la question du syndicalisme international, de sa nature pour aider les salariés à gagner des conditions de vie descente devrait être au cœur des débats. Cela ne semble pas être la priorité. Ce n'est pas même présent sur les tablettes. Sur son site, si la CES prend le temps d'expliquer pourquoi il faut aller voter le 26 mai – curieuse neutralité politique qu'elle pr^che par ailleurs – aucune trace d'aucune lutte revendicative sur ses pages, la Bulgarie ne bénéficie d'aucune occurrence, H&M non plus.

Pourtant au regard de l'urgence chez H&M, quelle action convergente à travers le groupe tant côté production que commercialisation ? La CES en a-t-elle seulement débattu, a-t-elle été présente dans les actions construites par les salariées (ouvrier.e.rs et personnels des magasins) ?

Devant ce que révèle le texte parvenu à La Canaille, autre question : au regard du droit international, que fait l'OIT (rappelons la nécessité de disposer d'une alarme : H&M c'est aussi le Bangladesh et les assassinats dans les usines de la mort de Dacca il y a quelques années).

Plutôt que d'intervenir de façon si peu habituelle et peu conforme aux pratiques de la CGT pour insister sur l'attachement qu'il porte à la CES ne serait-il pas préférable que celui qui siège à l'OIT et appelle à rester sans débats dans la CES dépense l’énergie dont il semble disposer pour mener le combat de classe tel que le lui a inculqué l'organisation qui l'a fait grandir en responsabilité? Devant cette absence d'action au plan internationale de l'organisation qui prétend pourtant parler au nom des travailleurs de l'UE, cela contribuerait à sortir des supplications en direction des actionnaires (dont un détient à lui seul plus du tiers de l'ensemble de l'actionnariat), pratique dont Henri Krasucki disait qu'elle ne se négocie pas mais se combat.

Le combat syndical, ce n’est ni la doléance ici, ni la supplique à Stockholm, ni le lobbying à Bruxelles. Le combat syndical, c'est la revendication défendue par l'action de masse des salariés. Pour Canaille le Rouge c'est plus sur ce terrain qu'on attend un ancien secrétaire général de la CGT que dans les colonnes du Monde pour défendre l'outil à remiser les luttes.

Voici le texte en question. Il montre en creux la somme de travail à accomplir pour ceux pour qui la solidarité de classe doit être la boussole de l'action revendicative.

"On arrive à l'usine à 8 heures du matin, mais on ne sait jamais quand on repartira. Parfois on finit à 4 heures du matin." -- un ouvrier fabriquant des vêtements H&M en Bulgarie.

Épuisés, intimidés, malmenés, payés bien en dessous du salaire minimum : voici comment sont traités ceux qui fabriquent les vêtements des magasins H&M de nos rues commerçantes.

C’est pour cette raison que dans deux semaines nous nous rendrons à la grande réunion annuelle de H&M à Stockholm pour livrer notre message : “H&M, payez vos salariés de manière juste”.

Nous avons RDV avec Karl-Johan Persson, PDG de H&M, juste avant la réunion. Nous avons besoin de votre aide pour que la balance des pouvoirs penche en notre faveur lorsque nous affronterons le PDG.

Pouvez-vous faire un don pour contribuer au coûts de conception et d'impression d'une brochure à remettre au PDG de H&M ? Cette brochure afficherait des messages émouvants envoyés par les membres de WeMove partout en Europe.

Votre don nous aidera également à couvrir les frais de déplacement et d'hébergement de base afin que nous puissions nous rendre à la réunion ! Pouvez-vous participer ?

J’accepte de faire un don

Je ne peux pas faire de don

Combien d'années encore les travailleurs des usines de confection de vêtements H&M devront-ils attendre ? Bon nombre d'entre eux sautent des repas pour que leurs enfants aient assez à manger. Lorsqu'ils sont au travail les superviseurs contrôlent tout ce qu’ils font, ce sont eux qui décident quand les employés peuvent rentrer chez eux [1].

En 2013, H&M a promis de veiller à ce que tous les travailleurs bénéficient de salaires et de conditions justes dans un délai de cinq ans. Il n’en est rien. Pire encore, l’entreprise a discrètement modifié le libellé de la promesse qu'elle avait faite. Des documents ont mystérieusement disparu du site web de H&M.

Nous allons tout faire pour convaincre le PDG de H&M lorsque nous l’aurons en face de nous. Mais si cela échoue, nous espérons remporter le vote des actionnaires, pour lui forcer la main. Si un nombre suffisant d'actionnaires votent en faveur de notre résolution, l’entreprise sera forcée d’utiliser les bénéfices pour verser de meilleurs salaires à ses employés. Aidez-nous à couvrir les frais de déplacement pour que nous puissions nous rendre à la réunion !

J’accepte de faire un don

Je ne peux pas faire de don

Nous travaillons avec trois militants qui détiennent des actions H&M - ils mettront à profit cette réunion pour persuader chaque actionnaire de voter en faveur de la résolution pour des salaires équitables. Vous avez le pouvoir  de faire entendre les voix des travailleurs de H&M à la réunion qui aura lieu en Suède dans deux semaines.

Les membres de WeMove.EU ont déjà signé une pétition et envoyé des messages pour faire pression sur H&M. Il est vital que nous fassions une forte impression à la réunion car cela pourrait améliorer la situation de centaines de milliers de personnes qui travaillent pour une misère afin de fabriquer les vêtements que nous sommes si nombreux à apprécier.

Donnez afin d’aider les employés de H&M à lutter contre les salaires de misère !

Solidarité et aides pour organiser l'action revendicative, voila de quoi ont besoin les travailleurs en prise avec les grands groupes internationaux.

Repost0
Commenter cet article