Le pouvoir mobilise l'armée contre le mouvement social 

Publié le 20 Mars 2019

La honte, la menace,

et le besoin d'une riposte.

Les pétainistes se démasquent

Le pouvoir mobilise l'armée contre le mouvement social 

Touthenmacronaparte amuse la galerie en convoquant une palanquée d'intellectuels qui n'auront que le droit de servir de faire valoir au disciple de Ricoeur. 

Pendant que tel Aristote péripatéticien arpentant le pays ou les salles de "son" palais, se retrouvant en fait à faire le tapin pour le compte des marchés financiers, ses séides organisent le muselage de la démocratie.

Jamais vu depuis Vichy l'appareil d'état, sa police repris en main directement par l'Elysée mise en place d'un Papon de service devant envoyer la police "au contact " (lire chargée avant tout de cogner), et nous apprenons ce soir que les militaires de l'opération sentinelle (vigie pirate) vont être mobilisé pour venir renforcer les  détachements d’action rapide (DAR)   dont la feuille de route a été clairement fixée :  « On ne permet même pas l’attroupement, a averti le secrétaire d’État. Quand je dis on ira au contact, c’est aller physiquement à la dispersion. » 

Annonce du pouvoir : 

La mission antiterroriste militaire Sentinelle sera mobilisée de manière « renforcée » samedi dans le cadre des manifestations des « gilets jaunes » afin de protéger des bâtiments officiels et autres « points fixes », a annoncé, mercredi 20 mars, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Emmanuel Macron a dit « ce matin [qu’il y aurait] une mobilisation renforcée du dispositif Sentinelle pour sécuriser les points fixes et statiques », a-t-il précisé lors du compte rendu du conseil des ministres à l’Elysée. L’objectif est de « permettre aux forces de l’ordre » de se « concentrer sur les mouvements et le maintien et le rétablissement de l’ordre ». « Nous ne pouvons pas laisser une infime minorité violente abîmer notre pays et détériorer l’image de la France à l’étranger », a-t-il ajouté. Les prochains jours seront donc décisifs. »

Au regard des objectifs des gens affectés à la mission Sentinelle, traduisons en langage clair,  les gens qui manifestent  sont considérés comme des terroristes potentiels et l'armée aura mission de les neutraliser.

Après le marquage indélébile, les arrestations administratives préventives, les gardes à vue hors la loi, va-t-on voir revenir les brevets de patriotisme permettant de dire "terroristes pas français ? La marchande de Rafales et de Chars Leclerc va-t-elle depuis Balard installer des nids de mitrailleuse sur les toits de Paris ? 

Et c'est quand que la Légion saute sur Neuilly Passy ?

Même "Le Monde" qui jusqu’à présent ne s'était pas particulièrement manifesté comme macronophobe note que :

" L’opération Sentinelle représente une mobilisation sans précédent de l’armée sur le territoire national depuis la guerre d’Algérie. Des chiffres de 2017 faisaient état de 7 000 militaires déployés en permanence – pour moitié en région parisienne – depuis les attentats de janvier 2015 à Paris. "

Ceux qui était Charlie vont maintenant se faire charger.

Attention quand vous entendrez le tocsin des libertés c'est qu'il sera trop tard pour les sauver. 

Repost0
Commenter cet article