Bruits de bottes

Publié le 22 Mars 2019

En cas de force majeure 

des consignes claires

ont été données :

L"armée pourra aller

jusqu'à l'ouverture du feu". 

Bruits de bottes

 

Quand un Pinochet rapplique 
C’est toujours en général 
Pour sauver la République 
Pour sauver l’Ordre moral 
On sait comment ils opèrent 
Pour transformer les esprits 
Les citoyens bien pépères 
En citoyens vert-de-gris

(Jean Ferrat 1975 bruits de bottes)

La presse  (synthèse et citations par elle) :

"Les militaires assureront la protection de sites sensibles, mais pas à proximité des manifestations, a précisé jeudi l'état-major des armées, en soulignant qu'ils n'avaient pas vocation à "se retrouver au contact des émeutiers" présumés.

"Il n'est donc dans l'idée de personne de mettre les militaires en face des manifestants", insiste Florence Parly dans un entretien publié vendredi dans Le Parisien.

"Au moment de l'Euro 2016 de football, quand les forces de police étaient très sollicitées, ce sont des soldats de Sentinelle qui ont remplacé les forces de police dans la sécurité d'un certain nombre de bâtiments, ambassades, lieux de culte", a rappelé pour sa part le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, sur BFM TV et RMC Info.

Une mise au point, vendredi sur franceinfo, du gouverneur militaire de Paris, le général Bruno Le Ray, sur les règles d'engagement des soldats a toutefois ajouté au trouble.

"Les consignes sont extrêmement précises : ils ont différents moyens d'action pour faire face à toute menace. Ça peut aller jusqu'à l'ouverture du feu", a-t-il déclaré en rappelant la doctrine commune de l'opération antiterroriste.

"Les soldats appliquent les même consignes (que les forces de sécurité intérieures-NDLR) : ils donnent des sommations dans les cas éventuels du feu". Il a notamment mentionné les cas où "leur vie est menacée ou celle des personnes qu'ils défendent effectivement", comme par exemple lors de l'agression d'une patrouille en mars 2017 à l'aéroport d'Orly où l'assaillant avait été abattu.

Quand le sage montre les dangers de Beauvau allumant des cierges à saint Clemenceau* le fou de voit que le doigt de Rio et  Bolsonaro,

Jules-Christophe Castamoch n'est pas un apprenti sorcier mais le bras séculier d'un Touthenmaconaparte déterminé à faire plier toute résistance devant les exigences du capital. But et moyens, ils sont du même calibre que Le Pen et ses troupes.

 C’est partout le bruit des bottes 
  2   C’est partout l’ordre en kaki 
  3   En Espagne on vous garotte 
  4   On vous étripe au Chili 
  5   On a beau me dire qu’en France 
  6   On peut dormir à l’abri 
  7   Des Pinochet en puissance 
  8   Travaillent aussi du képi

 

  9   Quand un Pinochet rapplique 
 10   C’est toujours en général 
 11   Pour sauver la République 
 12   Pour sauver l’Ordre moral 
 13   On sait comment ils opèrent 
 14   Pour transformer les esprits 
 15   Les citoyens bien pépères 
 16   En citoyens vert-de-gris

 17   A coup d’interrogatoires 
 18   De carotte et de bâton 
 19   De plongeon dans la baignoire 
 20   De gégène et de tison 
 21   Il se peut qu’on vous disloque 
 22   Ou qu’on vous passe à tabac 
 23   Qu’on vous suicide en lousdoc 
 24   Au fond d’un commissariat

 25   Il se peut qu’on me fusille 
 26   Pour avoir donné du feu 
 27   Pour avoir joué aux billes 
 28   Avec un petit hébreu 
 29   On va t’écraser punaise 
 30   Pour avoir donné du pain 
 31   Pour avoir donné du pèze 
 32   Au petit nord-africain

 33   Il se pourrait qu’on m’accuse 
 34   Avec un petit gourdin 
 35   D’avoir étudié Marcuse 
 36   D’avoir été sartrien 
 37   Ils auront des électrodes

38   Ils diront tu veux du jus 

 39   Pour connaître la période 
 40   Où j’étais au P.S.U.

 

 41   A moins qu’ils me ratatinent 
 42   Pour mon immoralité 
 43   Pour avoir baisé Delphine 
 44   Pour avoir été pédé 
 45   A moins qu’ils ne me condamnent 
 46   A mourir écartelé 
 47   Entre l’amour de Roxane 
 48   Et celui du beau Dédé

 49   Il se peut qu’on me douillette 
 50   Pour que je veuille attester 
 51   Qu’en mil neuf cent soixante-sept 
 52   Je lisais l’Humanité 
 53   Il se peut qu’on me tourmente 
 54   Et qu’on me fasse avouer 
 55   Que dans les années soixante 
 56   J’étais à la C.G.T.

 57   A moins qu’ils me guillotinent 
 58   Pour avoir osé chanter 
 59   Les marins du Potemkine 
 60   Et les camps de déportés 
 61   A moins qu’avec un hachoir 
 62   Ils me coupent les dix doigts 
 63   Pour m’apprendre la guitare 
 64   Comme ils ont fait à Jara

 65   C’est partout le bruit des bottes 
 66   C’est partout l’ordre en kaki 
 67   En Espagne on vous garotte 
 68   On vous étripe au Chili 
 69   Il ne faut plus dire qu’en France 
 70   On peut dormir à l’abri 
 71   Des Pinochet en puissance 
 72   Travaillent aussi du képi 
 73   Travaillent aussi du képi

 

*Leur maître (mètre étalon ?) à penser Clemenceau refusera de voter contre le gouvernement massacreur de Fourmie et endossera leur défroque pour faire tirer sur les cheminots et carriers de Draveil et Villeneuve St George. Dis moi qui tu célèbres, je te dirai qui tu es.

Rédigé par Canaille le Rouge

Publié dans #provocation, #répression, #capital, #Colère, #Mémoire et Histoire, #fascisme, #lutte de classe

Repost0
Commenter cet article